17/12/2020 22:26
Une semaine après avoir recommandé l'autorisation d'un premier vaccin contre le COVID-19, un comité d'experts américains se réunit à nouveau jeudi 17 décembre pour évaluer le remède développé cette fois par la société américaine Moderna, avec de premières injections attendues dès la semaine prochaine.
>>L'Europe va bientôt commencer à vacciner à son tour
>>Biden prêt à se faire vacciner "en public" contre le COVID-19

Le gouvernement américain a d'ores et déjà acheté 200 millions de doses du vaccin de Moderna.
Photo : AFP/VNA/CVN

Sauf énorme surprise, l'Agence américaine des médicaments devrait donner son feu vert au vaccin de la jeune firme de biotechnologies peu après cette réunion, a priori dès vendredi 16 décembre comme elle l'avait fait pour le vaccin de Pfizer/BioNTech.

Les États-Unis, actuellement confrontés à un rebond spectaculaire de l'épidémie, pourraient alors disposer de deux vaccins dès le début de semaine prochaine, et ainsi accélérer la campagne massive de vaccination lancée lundi. Ils seraient les premiers à mettre sur le marché le vaccin de Moderna.

La réunion de ce comité consultatif sera, comme il y a une semaine, retransmise en direct sur internet, un exercice de transparence inédit dans le monde. Une vingtaine d'experts devront confirmer lors d'un vote que les bénéfices apportés par l'injection de ce vaccin surpassent les risques, chez les adultes de 18 ans et plus (16 ans pour Pfizer).

Quasiment aucun doute ne plane sur la décision qui se profile : la FDA a déjà jugé le vaccin sûr et efficace dans une synthèse des données publiées plus tôt cette semaine, deux semaines environ après le dépôt de la demande d'autorisation en urgence.

L'analyse publiée a confirmé une efficacité moyenne de 94,1%. Sur 30.400 participants aux essais cliniques, 196 ont contracté le COVID-19. Parmi eux, 185 avaient reçu un placebo, et 11 le vaccin (au 21 novembre).

De plus, les 30 cas de COVID-19 graves recensés se trouvaient tous au sein du groupe placebo.

Les effets secondaires les plus répandus du vaccin, baptisé mRNA-1273, sont des douleurs à l'endroit de l'injection, de la fatigue, des maux de tête et des douleurs musculaires, ainsi que des douleurs articulaires et des frissons.

Moncef Slaoui, chef scientifique de l'opération Warp Speed du gouvernement Trump, s'est dit mercredi impressionné par le niveau de protection contre la maladie déjà offert ne serait-ce qu'après la première des deux doses.

"La deuxième chose très intéressante est la protection contre l'infection elle-même, qui serait de l'ordre de 60 à 65%, et pourrait être plus élevée après la deuxième dose", a-t-il dit.

L'une des inquiétudes concernant les vaccins est que, même s'ils empêchent de développer les symptômes de la maladie, ils n'empêchent pas pour autant pas l'infection asymptomatique, et donc la transmission. "C'est très important d'un point de vue de santé publique", a souligné M. Slaoui.

Le gouvernement américain a acheté 200 millions de doses du vaccin de Moderna (100 millions à Pfizer). Puisqu'il se prend en deux doses espacées de quatre semaines, cela correspond à 100 millions de personnes vaccinées.

La logistique pour la distribution a été pensée depuis des mois. "L'enflaconnage" a lieu chez le sous-traitant Catalent à Bloomington, dans l'Indiana, où Moderna envoie de gros sacs de 50 litres du vaccin, fabriqué dans le New Hampshire.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bánh duc à la sauce de soja, un encas rustique mais délicieux

Ancienne cité impériale de Huê : une chute de 72,6% de son chiffre d’affaires en 2020 En raison de l’impact de la pandémie de COVID-19, le nombre de touristes dans l'ancienne cité impériale de Huê (Centre) en 2020 a fortement chuté, avec un million de touristes.