02/02/2019 16:08
L'administration Trump a annoncé vendredi 1er que les États-Unis se retiraient d'un pacte historique de contrôle des armes nucléaires avec la Russie, une démarche considérée comme exacerbant les risques d'une course aux armements internationale.

>>Traité nucléaire INF: échec des discussions américano-russes à Genève
>>Traité nucléaire INF: le projet de résolution russe bloqué par une commission de l'ONU
>>Moscou veut une résolution à l'ONU pour préserver un traité nucléaire


 

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo. Photo: Xinhua/VNA/CVN 


Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a fait cette annonce vendredi matin 1er février au département d'État, évoquant la violation de l'accord par la Russie, une accusation démentie à plusieurs reprises par Moscou.

La décision, prise près de 60 jours après que Washington ait menacé de quitter le traité emblématique sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF), déclenche un compte à rebours de six mois, qui conduira à une sortie définitive du pacte signé en 1987 par les États-Unis et ce qui était alors l'Union soviétique.

"Nous informerons la Russie et les autres parties au traité que les 
États-Unis se retireront du traité INF, avec effet dans six mois", a annoncé le plus haut diplomate américain.

De son côté, un haut responsable de l'administration Trump a déclaré aux journalistes lors d'une conférence téléphonique que les 
États-Unis informeraient officiellement la Russie de leur décision samedi 2 février.

Le président américain Donald Trump a pour sa part déclaré vendredi 1er février que son pays "ira de l'avant dans le développement de ses propres options de réponse militaire".

Les 
États-Unis "travailleront avec l'OTAN et nos autres alliés et partenaires afin de priver la Russie de tout avantage militaire découlant de son comportement illégal", a ajouté M. Trump dans un communiqué publié par la Maison Blanche.

Dans le même temps, M. Pompeo a indiqué que Washington pourrait reconsidérer sa décision de retrait dans les prochains mois si la Russie prenait des mesures allant dans le sens de ce que les États-Unis considèrent comme un moyen de ramener le pays à se conformer au traité.

Moscou et Washington se sont mutuellement accusés d'avoir violé l'accord historique de maîtrise des armements dans un contexte d'augmentation des tensions.

Xinhua/VNA/CVN 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Université de Hanoï: succès du projet de démarche-qualité

Les touristes belges de plus en plus intéressés par le Vietnam Le Vietnam a participé au Salon du tourisme de Bruxelles, tenu du 7 au 10 février dernier, avec de nombreuses promotions uniques et attrayantes soutenues par l’ambassade du Vietnam en Belgique et Vietnam Airlines.