11/05/2018 08:51
Un nouvel épisode de fièvre d'Ébola s'est déclaré en RDC, à plusieurs milliers de kilomètres d'Abuja. Et pourtant il inquiète les autorités du Nigeria, pays particulièrement vulnérable de 180 millions d'habitants, qui ont décidé de mettre en place un plan d'urgence.

>>Au moins 17 personnes mortes d'une fièvre hémorragiques du type à virus Ebola
>>Liberia : les effets d'Ebola sur le système de santé plus meurtriers que le virus
 

Une campagne de prévention contre la fièvre Lassa à Irrua, au Nigeria, le 6 mars. Photo: AFP/VNA/CVN


Toute personne arrivant de RDC et des pays voisins sera "passée au crible", a annoncé le ministre de la Santé nigérian et la Fédération de football hésite à maintenir le match amical entre les deux pays pour des risques sanitaires: des mesures radicales, qui peuvent paraître disproportionnées, mais qui donnent la mesure de la peur des épidémies dans le pays le plus peuplé d'Afrique.

Situé non loin de l'équateur, avec un climat humide et très chaud, le Nigeria est un terrain propice aux virus et il a dû affronter des maladies aussi rares que dangereuses.

Cette année, une centaine de personnes ont déjà succombé à la fièvre de Lassa, une fièvre hémorragique de la famille d'Ébola, qui porte le nom du village dans le Nord-Est où a été identifiée la maladie en 1969.

Les trois cas déclarés de poliomyélite en 2016, les premiers après que le Nigeria eut été retiré de la liste des pays endémiques par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), ainsi que la variole du singe (trois cas en 2017) ont fait moins de victimes, mais inquiètent fortement les autorités sanitaires locales et internationales.

Le pays se trouve également au coeur de la "ceinture de la méningite", qui s'étend du Sénégal jusqu'à l'Éthiopie. En 2017, une épidémie du virus de souche C - détecté pour la première fois au Nigeria - a fait plus de 1.100 morts sur près de 15.000 cas suspects.

 

Depuis janvier, une centaine de personnes ont déjà succombé à la fièvre de Lassa, une fièvre hémorragique de la famille d'Ébola. Photo: AFP/VNA/CVN


Urbanisation accélérée

"Les changements climatiques, la croissance démographique, l'urbanisation accélérée sont autant de facteurs aggravants et il faut être très prudent sur les risques", explique Valérie Nkamgang Bemo, en charge des gestions de crise pour la Fondation Bill et Melinda Gates.

"En Afrique de l'Ouest, les populations voyagent énormément", poursuit-elle. "Si Ebola a fait tant de victimes, c'est parce qu'on y a fait face avec les habitudes du passé, lorsque la maladie était cantonnée à des villages forestiers", poursuit la spécialiste.

Dans un pays où la moindre ville "moyenne" frôle le million d'habitants et qui compte deux mégalopoles de plus de 10 millions d'habitants, il faut former les équipes médicales, analyser les données des précédentes épidémies, organiser en amont un transport des échantillons.

"Chaque État doit être préparé localement aux maladies auxquelles il est plus sujet", explique le Dr Nkamgang Bemo.

Le Nigeria a prévu une dépense de 340,5 milliards de nairas (800 millions d'euros) pour le secteur de la santé en 2018 (soit 3,9% de son budget, bien loin des recommandations de l'OMS à plus de 13% du bugdet).

Le manque d'infrastructures, la pauvreté des équipements, mais aussi l'incapacité des patients à payer leurs traitements, font du premier exportateur de pétrole en Afrique l'un des plus mauvais élèves du continent en matière de santé.

Le personnel de santé est d'ailleurs en grève depuis le mois d'avril, venant aggraver encore ce paysage catastrophique.

Pourtant, les épidémies parviennent à être mieux contrôlées ces dernières années, notamment grâce aux efforts du Centre national nigérian de contrôle des épidémies (NCDC) et au soutien de la communauté internationale.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.