28/02/2018 16:55
La conférence-bilan sur la situation de développement de la noix de cajou et sur les orientations des activités de production et de commercialisation de noix de cajou du Vietnam dans les années à venir, a été organisée mardi 27 février par l’Association de la noix de cajou du Vietnam (VINACAS) dans la mégapole du Sud.

>>Produits agro-sylvico-aquatiques : exportation de 3 mlds de dollars en janvier
>>Bond des exportations nationales au Cambodge en 2017
 

Le directeur adjoint du Département général de l’industrie, Yi Bunhak, prend la parole lors de la conférence tenu le 27 février dans la mégapole du Sud.

Le Cambodge souhaite que les entreprises vietnamiennes spécialisées dans la production de noix de cajou viennent investir au Cambodge dans la culture d’anacardiers sur ses terres agricoles appropriées au développement de cet arbre. Tel était l’appel à l’investissement énoncé lors de la conférence, par  Yi Bunhak, directeur adjoint du Département général de l’industrie, et de l’agriculture, relevant du ministère de l’Agriculture, de la Sylviculture et de la Pêche du Cambodge.

"Nous souhaitons que les entreprises vietnamiennes s’installent au Cambodge pour développer les régions productrice de noix de cajou et aider les horticulteurs cambodgiens à y développer efficacement les plantations d’anacardiers", a appelé M. Yi Bunhak.

Les entreprises vietnamiennes sont également appelées à consommer continuellement la noix de cajou du Cambodge, tout en anticipant le volume de production sur le long terme pour que le gouvernement cambodgien crée des conditions favorables aux politiques de développement de plantations d’anacardiers ainsi que de faciliter les échanges commerciaux entre les acheteurs vietnamiens et les producteurs cambodgiens.

Selon Yi Bunhak, à l’heure actuelle, le Cambodge totalise 3,8 millions d’hectares de terre destinée au développement agricole. En moyenne, chaque paysan dispose d’entre 1 et 5 ha. Afin d’améliorer le niveau de vie des horticulteurs, le Cambodge est prêt à coopérer avec le gouvernement vietnamien en général et avec la VINACAS en particulier pour produire un volume de 1 million de tonnes de noix de cajou dans les années à venir contre 250 000 actuellement.

Priorité pour améliorer la qualité de la production

À ce propos, Nguyên Duc Thanh, président de la VINACAS a appelé les entreprises vietnamiennes à poursuivre les coopérations et les investissements  en la matière au Cambodge, précisant que les exportateurs vietnamiens souhaitent importer davantage de noix de cajou du Cambodge dans les temps à venir. Selon M. Thanh, le Vietnam a importé quelque 75.000 tonnes de noix de cajou l’an dernier, selon les statistiques du Département général de la douane, pourtant, en réalité, ce nombre devait atteindre 120.000 tonnes.

Selon le rapport de la VINACAS, le Vietnam reste, toujours à l’heure actuelle, le premier transformateur et exportateur de noix de cajou au monde, pour un volume de production de 1,56 million de tonnes de noix de cajou brute dont 362,7 mille tonnes à l’exportation pour une valeur de 3,62 milliards de dollars en 2017, représentant plus de 60% la valeur totale des exportations de noix de cajou du monde.

En ce qui concerne les orientations de production et d’exportation en 2018, la VINACAS se focalisera sur la qualité plutôt que sur la quantité, en réduisant le volume de 362,7 mille tonnes à 300 mille pour une valeur d’exportation de 3 milliards de dollars.


Texte et photo : Truong Giang/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.