24/12/2018 22:51
Après six ans, le processus de négociation de l' Accord de libre-échange Vietnam - UE (EVFTA) s'est achevé et a ouvert de grandes possibilités pour les entreprises vietnamiennes voulant pénétrer un vaste marché de 508 millions d’habitants et un Produit intérieur brut (PIB) d’environ 18.000 milliards de dollars.
>>L’EVFTA promeut le partenariat économique Vietnam - France
>>L’accord de libre-échange Vietnam - UE booste la coopération bilatérale
>>L'EVFTA servira de catalyseur pour les exportations de textiles et de chaussures

L'UE exemptera de taxes d'importation pendant sept ans certains produits vietnamiens, tels que textile et chaussures. Photo: VNA/CVN

Considéré comme important et très significatif pour l’économie vietnamienne, une fois entré en vigueur, l’EVFTA rapportera 3,2 milliards de dollars au Vietnam d’ici 2020.

Selon des experts, avec l'engagement de réduire 99% des taxes sur les marchandises selon des étapes concrètes, cet accord offre la possibilité d'accroître les exportations de produits vietnamiens ayant des avantages compétitifs tels que: vêtements, chaussures, produits agricoles, meubles ... Il s'agit du plus haut niveau d'engagement pour le Vietnam dans le cadre des accords de libre-échange négociés jusqu'à présent.

Trân Ngoc Quân, chef adjoint du Département chargé des marchés d’Europe et des États-Unis au ministère de l’Industrie et du Commerce, a estimé que l’EVFTA créera des opportunités importantes et un double avantage pour les entreprises vietnamiennes, notamment dans le contexte où les concurrents du Vietnam  ne sont pas parties cet accord.

Réduction des taxes

Selon le ministre de l’Industrie et du Commerce Trân Tuân Anh, l’EVFTA est un accord de haute qualité, c’est pourquoi la réduction des taxes apportera des avantages considérables pour les entreprises, les secteurs et les produits du Vietnam.

Une fois entrée en vigueur, les taxes douanières sur de nombreux articles seront ramenées à 0%. Cela ouvrira l'opportunité pour les produits d’exportation du Vietnam, dont l'habillement et les chaussures, d'élargir leur marché. Les experts ont déclaré que le Vietnam occupait toujours une position avantageuse car ses coûts de main-d'œuvre et de production étaient inférieurs à ceux des pays voisins. 

Quant aux produits textiles, l’accord pourrait faire progresser de 1,54 milliard de dollars les exportations du secteur d'ici 2023 et de 5,82 milliards de dollars d'ici 2028.

Selon Vu Duc Giang, président de l'Association vietnamienne du textile et du vêtement (VITAS), l'objectif de 35 milliards de dollars d'exportation  en 2018 est tout à fait réalisable. Nguyên Duc Thuân, président de l'Association vietnamienne du cuir, de la chaussure et des sacs à main (LEFASO), a déclaré que lors de l'entrée en vigueur de l'EVFTA, un droit de douane de 0% s'appliquera sur environ 50 types de chaussures exportées vers l'Europe.

Les chaussures vietnamiennes bénéficieront d'une différence de taxe de 3,5 à 4,2% lorsqu'elles seront exportées vers l'UE, ce qui créera un énorme avantage concurrentiel vis-à-vis de la Chine, principal concurrent du Vietnam.

Avec 30,8 milliards de dollars d'IDE enregistrés entre janvier et novembre 2018, l’environnement d’investissement du Vietnam s’améliore beaucoup.
Photo: Manh Hùng/VNA/CVN

En même temps, le droit de douane de 0% s'appliquerait sur les sacs à main vietnamiens dans les 3 à 5 ans prochains.  L'UE offre également des avantages unilatéraux pour un grand nombre de marchandises en provenance du Vietnam dans le cadre du système de préférences généralisées (SPG), ce qui aidera les sacs à main vietnamiens à devenir plus compétitifs que leurs concurrents chinois sur le marché de l'UE.

Cependant, Nguyên Duc Thuân a également déclaré que le secteur était confronté à des difficultés en termes de sources de matières premières pour la production, ajoutant qu'il fallait prêter attention à la modernisation des chaînes de production, aidant ainsi le secteur à améliorer sa compétitivité sur les marchés régionaux et internationaux.

Selon le ministre Trân Tuân Anh, l’établissement de l’accord de libre-échange avec l’UE contribue au processus de création d’un environnement d’affaires et d’investissement plus ouvert, ce qui promouvra les investissements directs de l’UE et d’autres pays vers le Vietnam.

Actuellement, les investisseurs européens sont présents dans la plupart des secteurs économiques importants du Vietnam, se concentrant sur l’industrie manufacturière, de fabrication, de production, d’approvisionnement en électricité, gaz et eau, et l’industrie de hautes technologies.

Avec beaucoup de pression

Comme pour les autres accords de libre-échange, à côté des avantages,  les entreprises domestiques devront faire face à certains défis. Le ministre du Commerce et de l'Industrie, Trân Tuân Anh, a déclaré qu'outre les avantages évidents, l'EVFTA présente des défis auxquels les entreprises devront faire face.

Le Vietnam devra également s'engager à ouvrir ses marchés pour l'UE, créant ainsi une pression concurrentielle sur l’économie, les entreprises, le prix des marchandises et des services. "Cependant, c’est une compétition saine, de manière sélective et conforme à la feuille de route appropriée", a déclaré le ministre Trân Tuân Anh.


Les chaussures vietnamiennes bénéficieront d'une différence de taxe de 3,5% à 4,2% lorsqu'elles seront exportées vers l'UE. Photo: VNA/CVN

L'EVFTA comprend également des règles et réglementations strictes concernant les formalités d'investissement, les douanes, la facilitation des échanges commerciaux, les normes techniques, les mesures  de mise en quarantaine des animaux et végétaux, la propriété intellectuelle et l’achat gouvernemental, le développement durable, etc. La mise en œuvre complète de ces réglementations nécessite une réforme du système juridique du Vietnam.
 
Vu Duc Giang, président de VITAS, a également évoqué certaines des difficultés rencontrées par les entreprises textiles vietnamiennes, qui doivent importer un grand volume de matières premières en provenance de nombreux pays. Chaque année, ce secteur utilise environ 820.000 tonnes de matériaux, dont environ 70% importés de Chine.

Vu Duc Giang a ajouté que les réglementations sur l'origine sont l'exigence la plus importante de l'EVFTA. En conséquence, les exportateurs vietnamiens de textiles et de vêtements doivent veiller à ce que leurs produits soient fabriqués à partir de matériaux d'origine nationale ou venant de pays ayant signé des accords commerciaux bilatéraux avec l'UE. Si le Vietnam respecte les réglementations, son industrie du textile et du vêtement sera probablement plus forte dans l'avenir.
 

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.