28/08/2020 18:10
Le 27 août, le ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Piyush Goyal, a exhorté les entreprises indiennes et leurs homologues de l'ASEAN à faire des efforts pour résoudre les différences, lever les barrières non tarifaires, respecter strictement le principe du pays d’origine et ouvrir les marchés, ce en vue d’élargir le commerce bilatéral.
>>L'Inde et l'ASEAN cherchent à renforcer leurs liens économiques
>>L'Inde et l'ASEAN améliorent l’Accord de libre-échange sur les marchandises

Le ministre indien du Commerce et de l'Industrie, Piyush Goyal.
Photo : Reuters/VNA/CVN

S'adressant au Conseil des affaires ASEAN - Inde, le ministre indien a déclaré que les deux parties devaient travailler ensemble pour approfondir leurs relations, car le commerce bilatéral connaîssait des signes de baisse, passant de 81 milliards de dollars à 77 milliards d'USD. C’est probablement la première fois que le commerce bilatéral connaît une chutte de 5%.

Selon Piyush Goyal, il est important que les milieux d'affaires de l'Inde et de l'ASEAN travaillent ensemble pour résoudre les différences, créer des chaînes de valeurs régionales plus fiables, lever les barrières non tarifaires, respecter le principe du pays d’origine et ouvrir les marchés pour développer le commerce bilatéral.

Le ministre indien a constaté que la réunion du Conseil des affaires ASEAN - Inde était un bon forum pour discuter des questions d’intérêt commun, partager des idées et signaler des problèmes. Il a indiqué que les deux parties n'avaient pas encore été en mesure de commencer l'examen de l'accord de libre-échange sur les marchandises.

Le commerce entre l’ASEAN et l’Inde est passé de 57 milliards d'USD en 2010 à 77 milliards d'USD en près de neuf à dix ans.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.