19/12/2021 15:10
Confrontées à la propagation rapide du variant Omicron, les grandes entreprises américaines se voient contraintes de renforcer leur arsenal anti-COVID et de repousser le calendrier du retour au bureau.
>>Omicron : Biden prédit un "hiver de maladie grave et de mort" aux non-vaccinés
>>États-Unis : un comité appelle les autorités à préférer les vaccins de Pfizer et Moderna à Johnson & Johnson

Joe Biden le 17 décembre à Orangeburg en Caroline du Sud.
Photo : AFP/VNA/CVN

Tous les secteurs sont concernés, mais les mesures varient en intensité. Parmi les groupes les plus intransigeants, Google a notifié ses employés début décembre que leur salaire ne serait plus versé et qu'ils pourraient même être licenciés s'ils ne déclaraient pas leur statut vaccinal au-delà d'une certaine date, selon un document interne consulté par CNBC.

"Nous sommes convaincus que nos exigences en matière de vaccination sont l'un des moyens les plus importants pour préserver la sécurité de notre personnel et continuer de faire fonctionner nos services", a assuré un porte-parole de Google. "Nous nous engageons à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider nos employés qui le peuvent à se faire vacciner".

Le géant des moteurs de recherche a également reporté sine die le retour au bureau de ses ingénieurs et développeurs, initialement prévu pour janvier.

Pour sa part, Meta (la maison mère de Facebook) offre à ses salariés la possibilité de choisir le lieu de travail le mieux adapté à leurs besoins.

Amazon, qui avait suggéré un retour de ses employés de bureau en présentiel au moins trois jours par semaine début 2022, devrait faire de nouvelles annonces en janvier, a indiqué un porte-parole de l'entreprise. Les salariés des entrepôts et les chauffeurs ne sont pas concernés par ces aménagements.

Apple a réinstauré le port obligatoire du masque dans l'ensemble de ses boutiques aux États-Unis après l'avoir rendu optionnel en novembre dans une centaine de points de vente.

La marque à la pomme a également fermé temporairement cette semaine des magasins en Floride et dans le Maryland ainsi que dans la province canadienne de l'Ontario.

Wall Street sur la défensive

Wall Street doit aussi s'adapter à la hausse du nombre de cas de contaminations à New York et dans d'autres centres financiers du pays.

JPMorgan limite depuis mardi 14 décembre l'accès de neuf de ses bâtiments situés à Manhattan aux personnes vaccinées, qui ne sont pas tenues de porter un masque à l'intérieur.

"Nous prenons cette mesure car les taux de vaccination sont très élevés parmi nos employés", a affirmé la banque dans une note interne consultée par l'AFP.

"Avec des taux nettement supérieurs à 90%, il nous semble injuste de forcer nos employés vaccinés à porter des masques toute la journée à leur bureau".

À Manhattan, le 29 septembre. Photo : AFP/VNA/CVN

Les salariés non vaccinés doivent travailler depuis leur domicile. Malgré la volonté d'un retour à la normale, JPMorgan a dû faire marche arrière sur une conférence sur la santé que la banque organise en janvier en Californie et qui devait initialement se tenir en présentiel.

Sous la pression de plusieurs participants inquiets des risques d'infection et "par excès de prudence", la banque a fait passer l'événement en format virtuel.

D'autres grands noms de la finance américaine, comme Citigroup ou Morgan Stanley, incitent leurs salariés à travailler de chez eux dans la mesure du possible au cours des prochaines semaines.

Dans la grande distribution, les groupes prennent aussi les devants face au risque d'un déferlement de clients souhaitant remplir leurs étagères avant d'éventuelles nouvelles restrictions.

La chaîne de supermarchés Kroger va par exemple suspendre le versement du congé maladie spécial COVID aux employés non vaccinés, selon les informations de plusieurs médias américains.

Les salariés n'ayant pas été immunisés devront en outre payer une prime de 50 dollars à partir de janvier pour rester sur l'assurance santé de l'entreprise.

Télétravail généralisé ? 

Joe Biden souhaite imposer l'obligation vaccinale aux entreprises de plus de 100 salariés mais son projet fait l'objet d'une bataille juridique : une cour fédérale a réinstauré vendredi la mesure du président, qui avait été suspendue par une autre instance.

Selon une étude réalisée fin novembre par le courtier en assurances Willis Towers Watson, 57% des employeurs américains exigent déjà la vaccination de leurs salariés ou envisagent de la rendre obligatoire.

"Les employeurs peuvent encourager la vaccination et les doses de rappel en adaptant le calendrier et les jours de repos, en encourageant des tests de dépistage fréquents, en requérant le port du masque sur le lieu de travail pour garantir la santé et la sécurité", note Jeff Levin-Scherz de Willis Towers Watson.

L'un des principaux effets d'Omicron pourrait par ailleurs être de pérenniser le recours au télétravail dans les prochains mois.

Au 8 décembre, le taux d'occupation des bureaux des grandes villes américaines atteignait à peine 40%, selon un baromètre hebdomadaire réalisé par le spécialiste des systèmes de sécurité Kastle à partir de données de 10 zones urbaines du pays.

Il était d'environ 95% en mars 2020, avant les premières mesures de confinement.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
GREAT, un programme australien en faveur des femmes minoritaires

Les touristes vietnamiens sont les plus optimistes d’Asie-Pacifique Commandé par Booking.com, l’indice de confiance des voyageurs, publié mercredi 22 juin, montre que le Vietnam est devenu le 2e pays le plus confiant dans la région Asie-Pacifique, avec 85% des touristes locaux déclarant avoir l’intention de voyager dans les 12 prochains mois.