18/04/2018 09:00
Les enquêteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) sont arrivés mardi 17 avril dans le district de Douma, à l'est de la capitale syrienne, Damas, pour enquêter sur les accusations d'utilisation d'armes chimiques par l'armée syrienne, a rapporté la télévision officielle.
>>Les frappes aériennes américaines provoquent une avalanche de réactions 
>>Des employés d'un centre bombardé assurent qu'ils ne produisaient pas d'armes chimiques
>>Soutien majoritaire aux frappes en Syrie, division sur le Venezuela
>>Damas: des partisans du gouvernement manifestent après les frappes occidentales

Des civils dans une rue de Douma, ancienne ville opposante située à l'est de Damas et reprise par les forces progouvernementales syrienne.
Photo: AFP/VNA/CVN

Aucun détail n'a été révélé sur l'entrée de l'équipe dans ce district auparavant contrôlé par les opposants, où une attaque au gaz aurait fait des dizaines de morts, provoquant des frappes aériennes de la coalition américaine sur la Syrie samedi matin 14 avril.

Les enquêteurs de l'OIAC, qui sont arrivés samedi à Damas, ont participé à plusieurs réunions avec des responsables syriens. Le gouvernement syrien et son allié russe ont appelé l'OIAC à envoyer une équipe à Douma pour enquêter sur l'utilisation présumée de chlore.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Faisal Mekdad, a affirmé que son gouvernement souhaitait vivement collaborer avec les enquêteurs, selon l'agence de presse étatique SANA. Les enquêteurs se sont entretenus avec le gouvernement syrien pour discuter du déroulement de leur travail avec transparence, impartialité et précision, a précisé M. Mekdad.

Une vue de Douma, le 17 avril, ancienne ville opposante située à l'est de Damas. Photo: AFP/VNA/CVN

La frappe militaire menée en Syrie sous la direction des États-Unis a été critiquée comme un jugement expéditif car elle n'a pas attendu que les enquêteurs parviennent à une conclusion sur la réalité ou non de cette attaque au gaz et sur les personnes responsables.

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement syrien est accusé d'utiliser des armes chimiques. En avril 2017, les États-Unis ont lancé une attaque de missiles similaire sur une base aérienne syrienne dans la province de Homs dans le centre du pays, en se basant sur des allégations similaires. 


Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’ancien ambassadeur de France et son amour spécial pour Hanoï

Khanh Hòa se prépare pour l'Année du tourisme national 2019 La province de Khanh Hoà (Centre) a été choisie pour lancer en décembre prochain l'Année du tourisme national 2019. L'événement comprendra une kyrielle d'activités organisées dans la ville de Nha Trang et dans 15 autres provinces et villes du pays.