15/02/2017 22:27
Le Kazakhstan a annoncé mercredi 15 février que les nouvelles négociations sur la Syrie, qui devaient commencer mercredi 15 février à Astana sous l'égide de l'Iran, la Turquie et la Russie, s'ouvriraient avec un jour de retard pour "des raisons techniques".
 >>Syrie : avancée turque à Al-Bab, l'opposition se prépare pour Genève
>>Syrie : violents combats à 20 km de Raqa, fief de l'EI

L'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, le 24 janvier  à Astana.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Les négociations ont été repoussées au 16 février pour des raisons techniques", a indiqué une porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Kazakhstan, sans plus de précisions.

Les nouvelles négociations sur la Syrie débuteront à 06h00 GMT jeudi 16 février, selon un communiqué du ministère. Elles devraient se concentrer sur des questions purement militaires.

Ces discussions dans la capitale du Kazakhstan suivent un premier round de négociations à Astana le mois dernier entre les représentants du gouvernement et des groupes des opposants syriens. Il s'était achevé sans avancée politique majeure pour résoudre un conflit qui a fait plus de 310.000 morts depuis son commencement, fin 2011.

Ces nouvelles négociations d'Astana sont considérées comme un prélude à la réunion de Genève qui devrait s'ouvrir le 23 février sous les auspices de l'ONU. Celle-ci devrait se concentrer sur les aspects politiques de la crise, dont le sort du président syrien Bachar al-Assad.

Alors que les responsables kazakhs ont indiqué avoir invité à la fois le gouvernement syrien et les groupes d'opposition à Astana, plusieurs opposants présents lors des précédentes négociations dans la capitale du Kazakhstan ont indiqué ne pas avoir reçu d'invitation.

La délégation du régime de Damas sera conduite par l'ambassadeur syrien à l'ONU Bachar al-Jaafari.

La délégation d'experts russes à Astana sera menée par Alexandre Lavrentiev, envoyé spécial du président Vladimir Poutine pour la Syrie. L'Iran sera représenté par son vice-ministre des Affaires étrangères Hossein Jaberi Ansari.

Le bureau de l'émissaire de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a de son côté annoncé l'envoi d'une "équipe technique".

Invitée comme observateur, la Jordanie envoie une "délégation de haut niveau", tandis que Washington n'a pas encore pris de décision.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’agriculture bio, une tendance inéluctable au Vietnam

Quid du tourisme durable en 2018 ? Alors que 2017, proclamée "Année internationale du tourisme durable pour le éveloppement" par les Nations unies, a touché à sa fin, le bilan est fait et les perspectives pour 2018 sont prévues.