15/06/2020 11:44
Les dirigeants de l'UE espèrent profiter d'une visioconférence lundi 15 juin avec le Premier ministre britannique, Boris Johnson, pour donner un nouveau souffle à la négociation post-Brexit, toujours dans l'impasse, mais dont le calendrier va s'accélérer.
>>Le Royaume-Uni rejette officiellement l'extension de la période de transition post-Brexit
>>Négociations sur le Brexit : Johnson et les chefs de l'UE feront le point le 15 juin

Le drapeau du Royaume-Uni, le 30 janvier, lors d'une manifestation contre le Brexit près du Parlement européen à Bruxelles. Photo : AFP/VNA/CVN

"Le but, c'est de donner un peu plus de visibilité politique aux négociations, parce que le coronavirus a envahi tout l'espace", explique une source européenne en amont de cette rencontre, prévue à 12h30 GMT.

C'est la première fois depuis le départ du Royaume-Uni, le 31 janvier, que Boris Johnson s'implique personnellement dans les discussions.

L'UE sera représentée par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et les présidents du Conseil, Charles Michel et du Parlement, David Sassoli. Le négociateur européen Michel Barnier y participera également.

Cette rencontre était prévue de longue date : avant même le début des pourparlers, les négociateurs s'étaient donné rendez-vous en juin pour "faire le point". Et décider de prolonger ou non la période de transition - qui court jusqu'au 31 décembre - pendant laquelle les Britanniques continuent d'appliquer les règles européennes, ce qui laisserait plus de temps pour négocier.

L'état des lieux, après quatre cycles de discussions depuis mars, est simple à résumer : Britanniques et Européens ont campé sur des positions irréconciliables, empêchant tout progrès. "On n'est nulle part", résume un haut responsable européen.

Quant à la période de transition, le Royaume-Uni a clos le sujet vendredi 12 juin en signifiant "formellement" à l'UE son refus de la prolonger, comme il n'avait cessé de le répéter depuis des mois.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 29 novembre 2019 à Londres.
Photo : AFP/VNA/CVN
Dès lors, sauf coup de théâtre de l'imprévisible Boris Johnson, cette "conférence de haut niveau" - son appellation officielle - devrait surtout servir à constater les difficultés. Et à réitérer la volonté commune de passer la seconde, afin d'éviter un "no deal" catastrophique pour des économies déjà frappées de plein fouet par la pandémie de COVID-19.

"Des nationalistes, des populistes" 

"C'est une réunion obligatoire, un point d'étape", qui "aura un rôle d'impulsion politique pour permettre aux négociations de se débloquer. Ou pas", explique une source proche des discussions.

Londres et Bruxelles sont déjà convenus, en amont de la réunion, d'accélérer les pourparlers. Le calendrier est plein pour juillet, avec des rencontres chaque semaine, tantôt à Bruxelles, tantôt à Londres, la plupart en comité restreint, pour avancer sur les dossiers les plus conflictuels.

Parmi eux, les garanties de concurrence équitable en matière fiscale, sociale ou environnementale (le "level playing field", ndlr), exigées par l'UE, qui craint de voir surgir une économie dérégulée à sa porte. Mais aussi le règlement des différends entre les deux parties ou la question explosive de la pêche.

La présidente de la CE, Ursula von der Leyen, le président du Conseil européen, Charles Michel (droite), et le président du Parlement européen, David Sassoli, arrivent au Parlement européen à Bruxelles, le 31 janvier. Photo : AFP/VNA/CVN
Autant de problématiques à résoudre avant le 31 octobre, date-limite fixée par Michel Barnier pour laisser le temps aux États membres et au Royaume-Uni de ratifier un éventuel accord qui entrerait en vigueur le 1er janvier 2021.

Faute de compromis, les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), avec leurs droits de douane élevés et leurs contrôles douaniers, s'appliqueraient aux relations commerciales entre les anciens partenaires.

Une perspective qui affole l'organisation patronale européenne Business Europe, "extrêmement préoccupée" par l'état des négociations.

Mais pour l'eurodéputé belge Philippe Lamberts, membre du groupe de coordination du Parlement européen sur le Brexit, "les Européens font une erreur d'analyse" quand ils pensent qu'un compromis s'imposera de lui-même face au risque économique.

Les pro-Brexit "sont des nationalistes, des populistes", a estimé le patron du groupe écologiste sur la RTBF ce week-end. "Ce sont des gens pour qui le critère économique n'est pas le critère déterminant."

Le gouvernement britannique a cependant annoncé vendredi 12 juin qu'accord ou pas, les contrôles douaniers sur les biens en provenance de l'UE ne seraient pas introduits brutalement mais par étape sur les six premiers mois de 2021.

Une annonce inattendue, destinée à ne pas pénaliser les entreprises du pays déjà victimes de l'impact économique du coronavirus.

"Londres est capable de volte-face", commente la source proche, qui y décèle "l'aveu qu'ils ne sont pas prêts".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Inauguration du premier service de bateau express de Cà Mau Le service de bateau express Cà Mau - Nam Du - Phu Quôc (Kiên Giang), intitulé "Phu Quôc Express", a été officiellement inauguré, mardi 7 juillet au bourg de Sông Dôc, district de Trân Van Thoi, province de Cà Mau à l'extrême-Sud. Il s’agit du premier service de bateau express de la province de Cà Mau.