16/10/2019 16:39
Historique, mais sans but ni public... Les deux Corées se sont neutralisées (0-0) mardi 15 octobre lors d'un match sans précédent à Pyongyang comptant pour les qualifications de la Coupe du monde 2022, à l'abri de presque tous les regards étrangers.
>>Une équipe coréenne "unifiée", curiosité des championnats du monde de handball
>>Les grands moments 2018: quand le sport réunifie les deux Corées

Le président de la FIFA Gianni Infantino (centre) à son arrivée à l'aéroport de Pyongyang, le 15 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN 

Il n'y avait en effet dans le stade Kim Il Sung ni supporteurs ni journalistes étrangers pour assister à ce choc entre deux nations techniquement toujours en guerre, qui n'était pas non plus retransmis en direct.

Le seul écho, diffus, de ce match - une première au Nord dans le cadre d'une compétition masculine de football - est venu des sites de la FIFA et de la Confédération asiatique (AFC) qui étaient autorisés à divulguer un minimum d'informations factuelles.

Les supporteurs sud-coréens ont dû attendre plusieurs jours avant de pouvoir visionner ce choc que l'AFC a légitimement présenté comme l'"une des rencontres les plus attendues" depuis des années.

Parmi les quelques spectateurs, le président de la FIFA, Gianni Infantino, arrivé dans la journée à Pyongyang. "C'est un grand plaisir d'être ici", a-t-il déclaré à son arrivée à l'aéroport, où il a été accueilli par le président de la fédération nord-coréenne, Kim Jang San.

L'équipe de République de Corée à leur arrivée à l'aéroport de Pékin avant de s'envoler pour la RPDC, le 14 octobre .
Photo : AFP/VNA/CVN

L'équipe sud-coréenne était arrivée lundi 14 octobre accompagnée simplement de son sélectionneur, le Portugais Paulo Bento, et de son staff.

La conférence de presse de veille de match de Paulo Bento, lundi soir 14 octobre au stade Kim Il Sung, s'est déroulée en présence de cinq journalistes nord-coréens et de deux membres de la fédération sud-coréenne (KFA).

Pendant des décennies, la République populaire démocratique de Corée (RPDC) s'est refusée à accueillir des matchs intercoréens, préférant les délocaliser en Chine.

Le premier en RPDC fut une rencontre amicale en 1990 censée promouvoir la réunification. Les deux équipes avaient alors arboré un même drapeau figurant l'ensemble de la péninsule.

La première rencontre de football en compétition en RPDC n'intervint qu'en 2017, entre les sélections féminines.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Vietnam - Chine : Hô Chi Minh-Ville promeut sa coopération touristique avec le Yunnan Hô Chi Minh-Ville attache toujours de l'importance à la promotion de ses liens avec les localités chinoises, a déclaré le 15 novembre le vice-président du Comité populaire municipal, Vo Van Hoàn, en recevant la vice-gouverneure de la province chinoise du Yunnan, Li Malin, en visite de travail dans cette ville.