29/07/2017 15:59
De la poubelle d'un ménage européen ou américain à une usine à l'autre bout de la planète : des millions de tonnes de déchets sont exportées dans le monde chaque année, dans un marché mondialisé aux règles strictes mais parfois détournées.

>>Des milliards de tonnes de plastiques s'accumulent dans la nature
>>Les déchets spatiaux, un danger qui s'amplifie
 

Une déchetterie à Djerba en Tunisie, le 6 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN


En 2015, les exportations de déchets de matières premières ont atteint environ 180 millions de tonnes, selon des chiffres des Nations Unies, compilés par l'ISRI, l'association des industriels américains de recyclage.

Cela ne représente qu'une petite partie de la production mondiale de déchets, qui dépasse le milliard de tonnes pour les seuls déchets ménagers, mais ces exportations ont représenté une valeur 86 milliards de dollars.

Le commerce international des déchets concerne surtout les déchets valorisables, c'est-à-dire réutilisables comme matière première.

Les ferrailles constituent ainsi l'essentiel des exportations (87 millions de tonnes en 2015), devant le papier (57,5 millions de tonnes), les métaux non ferreux (16,3 millions de tonnes) et les plastiques (11,8 millions de tonnes).

Ces déchets sont exportés, soit à leur état brut, soit après une première phase de tri et de traitement dans leur pays d'origine permettant notamment d'isoler les différents matériaux (papiers, plastiques, métaux, etc.).

Comme de nombreux autres produits, les volumes de déchets exportés ont considérablement augmenté ces dernières années. Ils ont plus que doublé entre le début des années 2000 et aujourd'hui.

Les 
États-Unis sont le premier exportateur de déchets, avec 42,8 millions de tonnes qui ont quitté le pays en 2015, pour une valeur totale de 23,7 milliards de dollars, selon l'ISRI.

La Chine, dont l'industrie est extrêmement gourmande en matière première, recyclées ou non, est le premier pays importateur de déchets. Le gouvernement chinois évaluait les importations chinoises à 49,6 millions de tonnes en 2015.

Les échanges transfrontaliers sont motivés par les besoins en matières premières de certains pays et, en amont, par le manque de capacités de traitement ou de débouchés pour les matières recyclées dans les pays d'origine.

Il est aussi influencé par les coûts d'élimination des déchets, qui peuvent être très différents d'un pays à l'autre, en fonction de la fiscalité et des normes en place.

En Europe, l'Allemagne s'est spécialisée dans le traitement des déchets toxiques qui affluent donc de nombreux autres pays.

La Suède importe par exemple d'importantes quantités de déchets venus de ses voisins européens, notamment du Royaume-Uni, dont l'incinération permet d'alimenter en énergie les réseaux de chaleur du pays.

Commerce illégal

L'Europe exporte beaucoup de films plastiques ou de papiers et cartons, notamment en Asie, où ils sont utilisés pour fabriquer des emballages.

Les associations environnementales sont très critiques vis-à-vis de ces échanges, estimant que l'économie circulaire doit se développer sur une base locale et nationale, mettant notamment en avant la pollution liée au transport des déchets mais aussi au traitement lui-même.

Le commerce mondial des déchets est très réglementé, notamment depuis les années 90 avec l'entrée en vigueur de la Convention de Bâle qui vise à mieux contrôler les mouvements transfrontaliers de déchets dangereux pour tenter de limiter les exportations vers des pays en développement où la réglementation environnementale est moins contraignante.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Ouverture de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature a été inaugurée le 21 novembre dans le Centre de la culture et des arts du Vietnam, à Hanoï.