01/03/2019 08:42
Les cigarettes seront plus chères dès vendredi 1er mars en raison de la hausse de fiscalité programmée par le gouvernement pour réduire la consommation de tabac en France, une politique qui fait chuter les ventes au grand dam des cigarettiers et buralistes, mais semble porter ses fruits en termes de santé publique.
>>Le "trafic du quotidien" a dopé les saisies de tabac de contrebande en 2018
>>Un paquet de cigarettes plus cher a fait chuter les ventes en France en 2018

Les ventes de cigarettes en France ont nettement reculé l'an dernier.
Photo: AFP/VNA/CVN

Publié au Journal officiel jeudi 28 février, un arrêté ministériel daté du 30 janvier fixe les nouveaux prix -qui augmentent de 50 à 60 centimes- à la veille de leur entrée en vigueur. Cette hausse résulte du premier des deux relèvements de taxes, de 50 centimes chacun, programmés cette année par le gouvernement- le deuxième interviendra en novembre, avec l'objectif d'un paquet à 10 euros en novembre 2020.

Le prix du paquet de cigarettes le plus vendu dans l'Hexagone, celui de 20 Marlboro Red produit par le groupe Philip Morris, qui coûtait 8,20 euros depuis le 1er janvier, grimpe à 8,80 euros. C'est 10 centimes de plus que la hausse de taxes, "pour compenser la baisse des volumes de vente attendue" par le cigarettier, d'une ampleur comparable à celle enregistrée en 2018, a précisé une porte-parole. Il y a un an, le 1er mars 2018, le gouvernement avait fortement relevé les taxes, amenant le prix du paquet moyen aux alentours de 8 euros (contre 7,30 euros auparavant pour les Marlboro Red par exemple). Cela avait fait chuter les ventes de 9,32% l'an dernier.

Face à la fiscalité "assez agressive" du gouvernement, "il faut que tout le monde s'y retrouve, or cette hausse va impacter notre équilibre économique", plaide auprès de l'AFP, Jeanne Polles, présidente de Philip Morris France qui détient près de la moitié (45,2%) du marché.

Le prix des Camel sans filtre passe à 8,50 euros contre 7,90 euros, soit là encore une hausse de 60 centimes.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le delta du Mékong laboure le sillon de l’agrotourisme Depuis quelques années, de nouvelles formes de tourisme qui mettent un accent particulier sur le vécu authentique de la nature et de la culture s’implantent à leur rythme dans le delta du Mékong, grenier de riz du Vietnam. Les offres se sont multipliées autour du thème de l’agriculture mais cette dynamique est loin d’atteindre sa maturité.