30/12/2019 16:59
Les Casques bleus de l’Hôpital de campagne de niveau 2 N°1 du Vietnam sont rentrés jeudi 21 novembre à Hô Chi Minh-Ville, après avoir rempli leur mission au Soudan du Sud. Grâce à eux, ce pays qui a subi une guerre civile pendant six ans reprend vie petit à petit.
>>Partenariats de maintien de la paix : le Vietnam partage son expérience
>>L’Hôpital de campagne de niveau 2 N°1 de retour du Soudan du Sud

Retour au Viernam de l’Hôpital de campagne de niveau 2 N°1 au Soudan du Sud, le 21 novembre à l’aéroport international de Tân Son Nhât, à Hô Chi Minh-Ville. Photo : Xuân Khu/VNA/CVN

La vie n’était pas facile à Bentiu, la région située dans la zone de combats entre l’armée et les groupes rebelles du Soudan du Sud. Malgré le soleil brûlant, les 50 degrés, les pluies torrentielles provoquant des inondations, le paludisme et les dangers, l’Hôpital de campagne du Vietnam a, durant près de 14 mois, accueilli et traité plus de 2.000 patients et effectué 62 opérations.

Pour la sous-lieutenante Nguyên Thi Thu Trang qui fait partie des 63 cadres et soldats travaillant à l’hôpital, jamais elle ne pourra oublier toutes les difficultés et la réussite extraordinaire d’une chirurgie intestinale qui a permis de sauver la vie d’un militaire mongol. À l’heure actuelle, il s’agit de l’opération chirurgicale la plus difficile réalisée par un hôpital de campagne à Bentiu.

Prenant conscience de l’importance de leurs tâches, Trang et les autres femmes médecins ont redoublé d’efforts pour surmonter les difficultés et fournir les soins médicaux nécessaires aux membres du personnel de la Mission de maintien de la paix de l’ONU et à la population locale.

Outre leur travail à l’hôpital, les Casques bleus vietnamiens se sont également rendus aux camps de réfugiés afin de donner des consultations, dispenser des soins, distribuer des médicaments, mais aussi apprendre aux réfugiés à planter des légumes. Des programmes caritatifs ont aussi été organisés régulièrement en faveur des enfants habitant dans les zones défavorisées. 

"J’ai été très ému en voyant la vie difficile des populations locales. On a mobilisé toutes les sources possibles afin de les aider", dit le capitaine Nguyên Hông Hai.

"Les habitants et nos collègues étrangers ont beaucoup apprécié la qualité de nos services et en particulier le dévouement des médecins vietnamiens. Avant notre retour au Vietnam, beaucoup de gens sont venus nous voir pour nous remercier. Nous avons beaucoup pleuré", indique le sous-lieutenant Trân Van An.

Échanges culturels

Des Casques bleus de l’Hôpital de campagne de niveau 2 N°2 du Vietnam partent au Soudan du Sud, le 26 novembre. Photo : Duong Giang/VNA/CVN

Après leur travail à l’hôpital, les cadres et soldats vietnamiens organisaient régulièrement des échanges culturels pour tisser des liens avec les habitants et leurs collègues venus d’autres pays et territoires. L’ambiance était toujours joyeuse.

"À Bentiu, les gens nous aiment beaucoup. Ils nous ont demandé de faire des photos avec eux. Ce sont des souvenirs inoubliables. Nous sommes fiers d’être Vietnamiens", raconte la sous-lieutenante Nguyên Thi Thu Trang.

Avec leur savoir-faire extraordinaire, les officiers vietnamiens ont réussi à transformer le terrain aride autour de leur hôpital en potagers verdoyants et luxuriants regorgeant de plantes, de fleurs et de légumes. L’hôpital de campagne du Vietnam a été devenu un modèle à suivre. Lors des fêtes et des cérémonies, ils ont invité les amis internationaux à goûter des plats typiques du Vietnam cuisinés avec les produits qu’ils avaient cultivés.

"À l’occasion des cérémonies de l’ONU, le personnel de l’hôpital a organisé des programmes artistiques et des démonstrations culinaires de plats emblématiques du Vietnam, dont le nem", dit la médecin commandante Bùi Thi Xoa.  

Durant près de 14 mois, l’hôpital a réussi à affirmer le prestige de la médecine vietnamienne. L’ONU a hautement apprécié la qualité des services, l’attitude, le savoir-faire et le dévouement des médecins vietnamiens.

"Via cette opération, nous avons envie de montrer la capacité et la volonté des médecins militaires révolutionnaires de l’Oncle Hô. Nous avons accompli nos missions sur le terrain. Ce succès a permis de consolider la position et le prestige de notre pays sur la scène internationale", indique le lieutenant-colonel Bùi Duc Thành, directeur de l’hôpital.

Aux côtés des autres peuples épris de paix, le Vietnam a rejoint les forces de maintien de paix de l’ONU en 2014. L’envoi des 63 cadres et soldats vietnamiens pour le déploiement de l’Hôpital de campagne de niveau 2 N°2 au Soudan du Sud a permis de traduire l’engagement de notre pays à participer aux efforts communs de la communauté internationale.

VOV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous touristiques à Hôi An : les cafés-restaurants

Hôi An parmi les destinations les moins chères de la planète Les touristes dépensent environ 77,64 USD par jour pour les dépenses alimentaires de base à Hôi An, 7e ville dans le classement des destinations les moins chères de la planète, qui vient être publié par Holiday Money.