16/05/2020 07:27
À Da Bia, un hameau du district de Dà Bac, province de Hoà Binh, on trouve de petites échoppes très simples mais qui méritent le détour. Ce sont "les magasins sans vendeurs" de l’ethnie Muong.

>>Quand les minorités ethniques se lancent dans le homestay à Dà Bac
>>À la découverte de la broderie des Dao Tiên
>>La culture traditionnelle de l’ethnie Muong se dévoile

"Ici, vous pouvez librement choisir des produits et après vous déposez la somme dans ce petit sac. Les prix sont affichés et les boutiques n’ont pas de vendeurs. À la fin de la journée, chacun vient récupérer la somme qui lui est due !", partage Dinh Thi Trang, une habitante du hameau de Da Bia, commune de Tiên Phong, district de Dà Bac, province de Hoà Binh (Nord).

Selon la population locale, ces magasins originaux au Vietnam, et peut-être dans le monde, existent depuis une vingtaine d’années. Autrefois, les habitants y déposaient leurs produits (courges, bananes, fruits,  poulets…), les acheteurs fixaient eux-mêmes la somme à régler (avec honnêteté) et déposait l’argent.

 

Les articles vendus sont pour la plupart des produits agricoles.


Une "boutique sans vendeurs" est très simple. Elle est construite en bambou, avec une toiture de chaume, ressemblant à une petite cabane de bord de route. À l’intérieur, on trouve de jeunes pousses de bambou marinées, des éventails, des pommes de terre, des fruits... Les prix sont inscrits sur un morceau de papier.

"À Da Bia, il y a quatre magasins de ce type, vendant principalement des produits agricoles, cultivés sur place", révèle Dinh Thi Trang. "Je peux mettre quelques produits, et ma voisine, quelques autres. À la fin de la journée, nous venons voir ce qui s’est vendu, puis nous partageons  l’argent. Acheteurs et vendeurs sont des voisins, alors tout se fait avec honnêteté et respect mutuel", explique Mme Trang. 

Un trait culturel original des Muong

Ces petites échoppes sont l’une des caractéristiques culturelles les plus originales de l’ethnie Muong. Après une période de stagnation, cette coutume a été restaurée. La mère de Dinh Thi Trang fut l’une des personnes à l’origine de cette renaissance. Dès l’installation des premiers stands, les villageois furent très heureux. Joie de pouvoir vendre des produits sans avoir à rester sur place une partie de la journée alors qu’il y a tant à faire dans les champs, mais aussi joie d’échanger des produits sur la base de l’autodiscipline et du respect mutuel.

 

Ces petites échoppes sans vendeurs méritent le détour. 


À Da Bia, presque tout le monde est paysan. Ces dernières années, avec le développement du tourisme communautaire, les habitants ont participé activement aux services touristiques.

Ces boutiques sont également des lieux où les Muong rencontrent les voyageurs. La plupart des visiteurs sont ébahis devant ce modèle de vente basé sur la confiance. Certains donnent aussi des conseils aux "propriétaires" pour ajouter d’autres types d’articles tels que brocarts, objets de décoration, gâteaux traditionnels…

 

Les touristes peuvent rencontrer parfois des habitants locaux qui leur présentent les produits vendus dans ces magasins. 


Depuis la mise en place des projets de tourisme communautaire, le nombre de voyageurs ne cesse de croître à Dà Bac. Ce sont eux, surtout les étrangers, qui contribuent à faire connaître bien au-delà des limites du district ces magasins de l’ethnie Muong.

"Je pense que tous les visiteurs, qu’ils soient vietnamiens ou étrangers, apprécient ces boutiques. Car elles sont un peu le symbole de la confiance, du respect mutuel et de l’amitié, des valeurs villageoises qui se perdent un peu de nos jours", confie Hông Minh, une touriste hanoïenne. "Les voyageurs viennent à Da Bia pour s’immerger dans des décors de rêve mais aussi pour découvrir une culture locale authentique. Et croyez-moi, nos boutiques sans vendeurs ne les laissent pas indifférents !", affirme Dinh Thi Trang.

Alors, si vous cherchez un lieu où passer un week-end inoubliable en cet été, mettez le hameau de Da Bia en bonne place dans votre liste. Dans ce lieu pittoresque niché sur les rives du réservoir de Hoà Binh, à environ deux heures de voiture du centre-ville de Hanoï, vous aurez l’occasion de découvrir une pratique commerciale unique, auquel nous vous invitons à surtout ne pas hésiter à participer ! 


                                                                     Texte et photos : Phuong  Mai/CVN



 
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Ninh présente de nombreux programmes de relance touristique Les programmes de relance touristique de Quang Ninh (Nord) 2020 s’avèrent efficaces dès le premier mois de mise en œuvre, le nombre de touristes nationaux augmentant progressivement.