18/07/2021 15:04
En musique et vêtus de costumes folkloriques, les Boliviens ont célébré vendredi 16 juillet pour la première fois depuis le début de la pandémie la Journée de La Paz et la Vierge du Carmen, patronne du pays.
>>Fête de la musique : sans couvre-feu, parfois sous la pluie, pour "voir du monde"
>>Un festival de couleurs chez Dolce & Gabbana, fidèle à son ADN

Des Boliviens fêtent la Journée de la Paz et la Vierge du Carmen, le 16 juillet à El Alto. Photo : AFP/VNA/CVN

Le défilé s'est déroulé dans la ville d'El Alto, voisine de la capitale administrative La Paz, en présence de la maire Eva Copa. La célébration vise à "relancer l'économie" et à "générer des emplois pour les groupes musicaux, les brodeurs et autres branches connexes", a-t-elle indiqué.

Chaque 16 juillet, la ville de La Paz célèbre l'anniversaire du Grito Libertario de 1809, lorsqu'un groupe révolutionnaire dirigé par le Pedro Domingo Murillo a déclaré son opposition à la couronne espagnole et formé un gouvernement autonome.

À cette même date, le pays honore la Vierge du Carmen, patronne de la Bolivie.

"Après toute cette pandémie (...) aujourd'hui au moins on voit renaître la fête", a déclaré Mario Paredes, un commerçant de 48 ans originaire d'El Alto.

Avant la crise sanitaire qui a éclaté en mars 2020, une soixantaine de groupes de danses nationales se succédaient tout au long de la journée dans les rues de la ville.

Cette année, cependant, ce nombre a été réduit à onze, et ses membres ont été tenus de présenter un certificat de vaccination contre le COVID-19 voire un test antigénique négatif.

La Paz, en revanche, n'a pas autorisé d'autres célébrations qu'une petite cérémonie officielle dirigée par le président Arce.

Alors qu'elle se remet de la troisième vague de coronavirus, la Bolivie poursuit la campagne de vaccination contre le COVID-19 qui n'avance néanmoins que lentement.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.