23/11/2014 21:42
Cette semaine, nous partons sur les hauts plateaux du Centre, pas seulement parce qu’il y fait bon vivre, mais aussi parce que les Bahnar y ont élu domicile.

>>Histoire chantée, originalité des communautés multiethniques de Tây Nguyên
>>Les Bahnars sortent de la pauvreté grâce au projet de la JICA

Les Bahnar, donc : une ethnie qui partage un certain nombre de coutumes ancestrales avec les Ê dê et les Mnông, que nous commençons à bien connaître, mais qui présente aussi de très nombreuses particularités que nous sommes bien sûr avides de découvrir.

Également appelés Boh Nam, Roh ou Ala Kong, les Bahnar ont pris pied sur les hauts plateaux du Centre (Tây Nguyên) depuis plusieurs siècles déjà. Aujourd’hui, ils sont encore 227.000, divisés en plusieurs sous-groupes aux noms aux consonances exotiques et gutturales : Ro Ngao, Ro Long, To Lo ou Go Lar Krem, par exemple…

Cela étant, tous les Bahnar se comprennent entre eux puisqu’ils parlent la même langue, une langue qui appartient au groupe des langues austro-asiatiques. Mais là, seuls les linguistes les plus distingués seraient à même de comprendre. Et comme la pédanterie universitaire n’est pas de mise sur nos ondes, contentons-nous de savoir que les Bahnar parlent tous la même langue.

La vie rustique dans des maisons sur pilotis

Les Bahnar vivent essentiellement dans les provinces de Gia Lai, de Kon Tum, et dans la partie méridionale du Centre. Le climat des hauts plateaux est rude - on ne le dira jamais assez, ce qui a d’abord poussé les Bahnar à cultiver sur brûlis. Heureusement, dès le début du XXe siècle, le Kinh les ont initiés à la riziculture inondée.

http://www.sggp.org.vn/dataimages/original/2009/11/images312628_cong-chieng-3.jpg
Des enfants Bahnar lors d'une fête traditionnelle de leur village.
Photo : VNA/CVN


Chez les Bahnar, ce sont les femmes qui décident ! Qu’on se le dise ! Comment ? On me signale, chères lectrices, que vous êtes déjà prêtes à plier bagage pour rejoindre ce pays de cocagne où, une fois n’est pas coutume, la femme régente tout ? Attendez, pas si vite ! Même si les femmes qui ont du pouvoir, ce sont quand même elles qui travaillent le plus. Très tôt le matin, elles partent dans les champs… Eh oui, voilà qui calme déjà quelques ardeurs, non ? Les femmes bahnar sont donc des paysannes, dures à la tâche, mais aussi des tisseuses hors pair. Créatives et habiles, elles sont capables de créer toutes sortes de motifs pour décorer leurs vêtements, leurs nappes et leurs couvertures.

«À l’âge de 14-15 ans, j’étais déjà capable de tisser n’importe quoi, nous dit La Lan Thi Minh, une tisseuse de renom, c’est ma mère qui m’a appris à tisser, et elle-même l’avait appris de ma grand-mère… Maintenant, il y a des ateliers où les moins jeunes apprennent aux plus jeunes… Il y en a qui se défendent bien, d’ailleurs ! ».

Les Bahnar, dont la vie reste encore rustique et traditionnelle, habitent dans des maisons sur pilotis, ce qui leur permet de garder un relatif isolement en saison des pluies, mais aussi de se prémunir d’éventuels visiteurs indésirables : serpents et autres bêtes sauvages, par exemple… Les maisons anciennes sont plutôt bâties en longueur. Il faut dire que plusieurs générations y cohabitent.

Quant à la maison communale, le fameux nhà rông, elle sert aux activités collectives : réunions, cérémonies rituelles, festivités.... Autant d’occasions de se retrouver pour vider quelques jarres d’alcool et frapper les gongs. «Les Bahnar sortent les gongs lors des cérémonies importantes pour créer une ambiance festive. C’est la tradition, en tous cas », indique Dinh Srum, de la province de Dak Lak.

Les gongs, c’est vrai, qui ont une valeur très symbolique pour les Bahnar, mais aussi d’autres instruments comme le T’rung et le Klong put, ou encore les récits épiques… C’est qu’il est richissime, le folklore bahnar ! Le seul fait de l’évoquer revient à ouvrir une boîte de Pandore, ce que nous ne manquerons pas de faire lors de nos prochaines pérégrinations ethnico-chromatiques hebdomadaires.
À la semaine prochaine, donc !...

VOV/VNA/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.