14/10/2017 15:12
Selon l’Équipe d’Intervention d’Urgence Informatique du Vietnam (Vietnam Computer Emergency Response Team-VNCERT), pendant les neuf premiers mois de l’année 2017, la VNCERT a enregistré 9.964 cyberattaques sous les trois formes suivantes : Phishing (une escroquerie en ligne), Malware (un logiciel malveillant) et Deface (la modification non souhaitée d’une page web).
>>Cybersécurité : environ 300 sites attaqués par jour
>>Virus informatiques : 8.700 milliards de dôngs de perte en 2015

La VNCERT a enregistré 9.964 cyberattaques lors des neuf premiers mois de l’année 2017.
Photo : CTV/CVN

Concrètement, en Phishing, environ 1.762 sites web ont été touchés dont trois sites utilisant le nom de domaine «.gov» (le nom de domaine utilisé pour les organisations et organes du gouvernement). Parmi eux, 987 cas ont été résolus. Avec Malware, la VNCERT a recensé 4.595 attaques dont 16 sites web avec le nom de domaine «.gov.vn». Enfin, 3.607 sites ont vu leur interface être illicitement modifiées dont 21 sites «.gov.vn».

En particulier, les cyberattaques en APT (Menaces persistantes avancées ou Advanced Persistent Threat en anglais) ont augmenté sensiblement et visent même désormais les sites web des organes gouvernementaux.

"Les sites officiels gouvernementaux, les sites des entreprises et les sites des particuliers au Vietnam sont la cible des hackers", a affirmé la VNCERT.

La VNCERT a souligné le fait que les outils informatiques dont dispose le Vietnam ne permettent pas de garantir la sécurité des sites et des informations confidentielles. Les entreprises doivent donc surveiller de près leur base informatique, et renforcer le contrôle pour lutter contre le piratage sur l’internet.
 
Thu Hà Ngô/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.