02/09/2016 17:12
Le Comité international paralympique (CIP) a annoncé le 1er septembre qu'il n'autoriserait pas les athlètes russes, privés de Jeux (7 au 18 septembre) à la suite du scandale de dopage, à participer aux compétitions en concourant sous drapeau neutre.
>>JO-2016 : le meilleur chef du monde cuisine pour les pauvres
>>JO-2016 : la Russie retient son souffle avant la décision du CIO

Les anneaux olympiques au bord du lac de Rodrigo de Freitas, le 4 août à Rio.

Photo : AFP/VNA/CVN


"La position du CIP est claire, et elle est justifiée par la récente décision du Tribunal arbitral du sport (TAS) qui a récemment rejeté la demande du Comité russe paralympique d'accepter l'inscription d'athlètes russes individuels capables de prouver qu'ils sont +propres+", explique le CIP dans un communiqué, justifiant ainsi le rejet la demande de plus de 175 sportifs russes qui réclamaient le droit de se présenter aux Jeux sous drapeau neutre.

"L'objectif principal du CIP est de permettre aux athlètes paralympiques d'exceller dans le sport, d'être des sources d'inspiration et de tenir le monde en haleine. Malheureusement, les autorités russes, par leurs actes, nient cette possibilité à leurs athlètes", poursuit le CIP.

Début août, le CIP a décidé d'exclure le Comité paralympique russe en raison d'un vaste scandale de dopage. La semaine dernière, le TAS a rejeté l'appel déposé par les Russes, une décision jugée "en dehors de toute justice, morale et humanité" par le président russe Vladimir Poutine.

Pour les Jeux de Rio (5-21 août), la Russie, accusée par l'Agence mondiale antidopage d'avoir mis en place un vaste système de dopage, avait échappé à une sanction globale du Comité international olympique, qui avait confié à chaque fédération le soin de faire le tri au sein des sportifs alignés.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.