29/09/2018 23:28
L’équipe Freem a devancé ses quatre concurrentes pour remporter la 2e édition du concours de start-up destiné aux jeunes francophones.

>>"Start-up francophone", un projet pour 1.000 euros, pourquoi pas?
>>L’équipe TrueStack, gagnante du concours de start-up francophone
>>Lancement de la 2e édition du concours "Start-up francophone"
 

Le premier prix du concours "Start-up francophone 2018" est revenu à l’équipe Freem.


La finale du concours "Start-up francophone 2018" a eu lieu le 28 septembre à l’Université de Hanoï, avec cinq équipes en lice: trois vietnamiennes (Freem, Cotton, Tournesols) et deux cambodgiennes (Scan Book et UniTech).

Réservé aux moins de 35 ans, étudiants ou diplômés des établissements francophones du Vietnam, du Laos, du Cambodge et de la Thaïlande, ce concours, lancé mi-mars, s'est avéré une excellente occasion pour ces jeunes de se faire connaître, de rencontrer des entrepreneurs et de bénéficier de précieux conseils pour bien rédiger leur plan d'affaires.

Cette 2e édition était organisée par l'Université de Hanoï, en partenariat avec l'Agence universitaire de la Francophonie (AUF), l'Alumni du Centre franco-vietnamien de formation à la gestion (CFVG) et le Centre social de l'innovation et de l'entrepreneuriat (CSIE).

"Depuis deux ans, l’AUF a accompagné la mise en place du concours, en 2017 au sein de l’École supérieure de commerce extérieur de Hanoï, puis en 2018 de l’Université de Hanoï. Ce concours vise à développer l’esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes et à rapprocher autant que possible le milieu socio-économique au milieu académique, et de ce point de vue là c’est une très belle réussite puisque ce concours a permis la création de 50 projets, de quatre pays", a fait savoir Ouidad Tebbaa, directrice régionale Asie-Pacifique de l'AUF, jury du concours. 

Cinq projets en compétition

L’organisateur a reçu une cinquantaine de dossiers de jeunes vietnamiens, laotiens et cambodgiens. Après sélection, cinq projets, de cinq équipes, se sont retrouvés en finale.

Lors de la finale, les équipes ont présenté leurs projets devant le jury, puis ont répondu à des questions concernant leur faisabilité. 
 

Une équipe présente son projet lors de la finale du concours "Start-up francophone 2018".


Chaque projet avait sa propre innovation.

La Freem a proposé une plate-forme partagée qui connecte employeurs (recruteurs) et "freelancers" (personnes travaillant indépendamment qui voudraient trouver un emploi temporaire) à l’aide du paiement à courte terme.

UniTech a présenté un nouvel outil de communication interne, réservé aux établissements scolaires au Cambodge.

Scan Book ambitionne de créer une application qui scanne les images en noir et blanc dans les livres d'étudiants et les liens vers les ressources Internet telles qu'images, vidéos et modèles 3D.

Tournesols a dévoilé son projet d'application téléphonique de réhabilitation fonctionnelle, accompagné, qui permet aux patients de pratiquer des exercices chez eux grâce aux vidéos, et aux médecins de surveiller leurs progrès à travers un écran.   

Cotton a proposé un projet qui peut résoudre certains problèmes psychologiques.

Des projets novateurs
et utiles à la société

 

Photo souvenir du jury du concours.


"Les cinq projets qui ont été retenus pour la finale sont tous extrêmement intéressants et innovants, et les départager fut très difficile, bien évidemment, a confié Ouidad Tebbaa. Tous ces projets intègrent à la fois la dimension sociale et la dimension numérique, l’innovation. Et on voit bien à quel point les jeunes sont déjà au fait des tous derniers développements technologiques et à quel point ceux-ci peuvent avoir des répercussions en matière d’esprit d’entrepreneuriat. Ce sont des projets qui sont liés à la santé, à l’éducation, donc des secteurs clé de la vie, notamment au Vietnam et au Cambodge".

"L'équipe gagnante de cette 2e édition du concours de start-up francophone l’a vraiment mérité car son application sera très pratique pour le marché de l’emploi en permettant de connecter des travailleurs indépendants avec des employeurs. Cette plate-forme, je pense, mérite d’être multipliée dans l’avenir", a déclaré Nguyên Thi Cuc Phuong, vice-rectrice de l’Université de Hanoï. 

Le jury a attribué le premier prix, d’une valeur de 1.000 euros, à la Freem, équipe d'étudiants de l’École supérieure de commerce extérieur de Hanoï.

Le deuxième prix, de 500 euros, est revenu à l’équipe Unitech, regroupant des étudiants cambodgiens.

Les équipes Scan Book (Cambodge) et Tournesols (de l’Université de Huê, Vietnam) ont remporté le 3e prix, d’une valeur unitaire de 250 euros.

Enfin, le prix d’encouragement, de 100 euros, a été attribué à l’équipe Cotton, de l’Université de Hanoï (Vietnam).
 

Texte et photos: Quê Anh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’ancien ambassadeur de France et son amour spécial pour Hanoï

Bà Ria-Vung Tàu mise sur ses fêtes pour séduire plus Depuis 300 ans, la station balnéaire de Bà Ria-Vung Tàu occupe une place particulière dans le Sud du Vietnam. Dotée de paysages naturels exceptionnels et d’un riche patrimoine culturel et historique, le tourisme est un secteur économique majeur de cette province.