23/02/2020 18:43
L’épidémie de pneumonie virale a connu samedi 22 février une soudaine accélération hors de Chine, en particulier en Italie et en République de Corée, et en Iran où elle a déjà fait cinq morts, soit le plus grand nombre de décès enregistrés dans un pays hors Extrême-Orient.
>>Le Hubei signale 630 nouveaux cas confirmés de coronavirus
>>L’Iran enregistre le plus grand nombre de décès dans un pays hors Extrême-Orient
>>Coronavirus : en R. de Corée, appel aux fidèles de la secte touchée à se faire dépister

Une rue déserte à Codogno, près de Milan (Italie), le 22 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

L’Iran a aussi enregistré 10 nouveaux cas, portant à 28 le nombre total de personnes contaminées en République islamique. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète de la vitesse à laquelle le virus s’est propagé en Iran et des risques pour d’autres pays comme le Liban.

"Nous avons vu une augmentation très rapide (des cas) en quelques jours", constate Sylvie Briand, directrice du département Préparation mondiale aux risques infectieux à l’OMS. Elle souligne le "risque potentiel de plus de cas exportés dans les jours à venir".

L’OMS redoute aussi "le potentiel de dissémination du COVID-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires", a averti son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus. C’est le cas de nombreux pays africains dont les infrastructures sanitaires et le personnel médical sont mal préparés pour affronter l’épidémie. Pour l’instant, sur le continent, seule l’Égypte a enregistré un cas confirmé de contamination.

Nombre sous-estimé

Certains experts estiment que le nombre de cas pourrait être sous estimé: une étude publiée vendredi par le centre des maladies infectieuses de l’Imperial College de Londres "estime qu’environ les deux tiers des cas de COVID-19 sortis de Chine sont restés indétectés au niveau mondial, avec pour résultat potentiel des chaînes multiples non détectées de transmission humaine hors de Chine".

D’autant que malgré toutes les précautions (quarantaine, confinement, prise régulière de température...), certains peuvent passer au travers du filet. Le Japon a reconnu samedi 22 février que 23 passagers du Diamond Princess avaient pu quitter ce navire de croisière mis en quarantaine à Yokohama sans passer tous les contrôles médicaux requis.

Une pharmacienne équippée d’un masque respiratoire sert un client le 22 février 2020 à Codogno, en Italie. Photo : AFP/VNA/CVN

Alors que la maladie a déjà touché quelque 77.000 personnes dans le monde, l’Italie est le premier pays européen à enregistrer des cas mortels parmi ses ressortissants: une femme de 75 ans et un retraité de 78 ans. Et le bilan des personnes contaminées est passé à 79, soit 76 de plus en deux jours, principalement dans le Nord du pays, en Lombardie et en Vénétie.

Alors que les lieux publics avaient déjà été fermés la veille dans onze villes, le gouvernement italien y a imposé la quarantaine. Environ 52.000 personnes sont concernées, selon le Premier ministre Giuseppe Conte.

Le dirigeant a aussi annoncé la fermeture des entreprises et des établissements scolaires de ces zones, ainsi que l’annulation de tous les évènements publics (carnavals, compétitions sportives, sorties scolaires, etc.). Trois matches du championnat de foot prévus dimanche (Inter-Sampdoria, Atalanta-Sassuolo et Hellas Vérone-Cagliari) ont ainsi été reportés.

La France aussi se prépare à une possible "épidémie", selon le nouveau ministre de la Santé Olivier Véran, qui se dit "attentif à la situation en Italie". Dans un entretien au journal Le Parisien, il estime "très probable" la possibilité de nouveaux cas en France.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.