19/08/2020 07:14
La propagation du COVID-19 dans la ville de Da Nang et dans la province de Quang Nam a été progressivement contenue et la situation devrait être sous contrôle d'ici la fin août, selon le ministre p.i de la Santé, Nguyên Thanh Long.
>>Vingt-neuf autres patients atteints de COVID-19 annoncés guéris
>>Un ancien patient du COVID-19 décède des suites de graves maladies chroniques
>>Le Vietnam signale six nouveaux cas de COVID-19

Le ministre p.i de la Santé, Nguyên Thanh Long, lors d'une réunion sur la lutte contre le COVID-19 à Hanoï. Photo : Phuong Hoa/VNA/CVN

Lors d'une réunion du Comité de direction national pour la prévention et le contrôle du COVID-19 à Hanoï mardi 18 août, le ministre p.i de la Santé, Nguyên Thanh Long, a déclaré que le nombre de nouvelles infections à Dà Nang et Quang Nam avait diminué ces derniers jours, passant d'une moyenne de 20 cas par jour à partir du 3 août à 9-10 cas du 10 au 17 août.

De nouveaux points chauds peuvent encore apparaître dans tout le pays, a-t-il averti, et il a exigé que toutes les localités restent en état d'alerte pour détecter les nouveaux cas en temps opportun, car plus les infections seront détectées tôt, plus les efforts pour éradiquer la maladie seront efficaces.

Il a souligné que bien que les experts aient émis des avertissements forts, les gens ne sont pas suffisamment vigilants contre la transmission.

Il a appelé à des solutions spectaculaires pour ralentir et limiter les transmissions, appelant tout le monde à installer l'application de traçage des contacts Bluezone et l'application de déclaration de santé NCOVI sur leurs smartphones.

En ce qui concerne le développement d’un vaccin, Trân Dac Phu, conseiller du centre des opérations d’urgence de santé publique du Vietnam, a déclaré que de nombreux pays avaient effectué des tests de vaccin COVID-19 sur des animaux avant de mener des essais sur des humains.

Désinfection dans une zone de quarantaine à Quang Nam (Centre).
Photo : Trân Tinh/VNA/CVN

Si des vaccins utilisés dans d'autres pays sont importés, le Vietnam ne les testera pas sur des animaux, mais le fera sur des humains pour garantir leur efficacité et leur sécurité. Ce processus dure souvent entre six mois et un an, voire plusieurs années avant des vaccinations généralisées, a-t-il noté.

Avant que des vaccins efficaces ou des médicaments spécialisés ne soient disponibles, les gens doivent rester sur leurs gardes pendant une longue période dans un esprit de "s'adapter en toute sécurité à la pandémie", ont exhorté les experts.

Ils ont également proposé d'augmenter les niveaux d'alerte pour le COVID-19, en particulier dans les grandes villes et les régions peuplées, tout en protégeant les installations médicales, les maisons de retraite et les centres de protection sociale, ainsi que les forces de première ligne, de la transmission.

Les membres du comité ont demandé au ministère de la Santé de continuer à renforcer la capacité de dépistage et ont demandé que les localités mettent strictement en quarantaine les plus de 100.000 experts et travailleurs étrangers entrant dans le pays.

Demandant des solutions plus techniques pour retracer les personnes à haut risque, ils ont déclaré qu'en plus d'encourager les gens à utiliser Bluezone et NCOVI, il est également nécessaire de le rendre obligatoire pour les étrangers entrant au Vietnam ou ceux qui ont un contact avec des cas confirmés pour installer ces applications.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.