22/07/2020 11:29
L'action de Tesla a passé mardi un seuil symbolique permettant à son fantasque patron Elon Musk de débloquer une nouvelle série de "stock options" pouvant lui rapporter théoriquement 2,1 milliards d'USD.
>>Tesla franchit une nouvelle borne en Bourse
>>Nasa : Kathy Lueders, première femme nommée à la tête des vols habités

Elon Musk, le 9 mars à Washington. Photo : AFP/VNA/CVN

Selon un programme de rémunération adopté en 2018 par les actionnaires du fabricant de voitures électriques, M. Musk, qui ne perçoit pas de salaire, bénéficie de "stock options", qui entrent en vigueur lorsque des objectifs sont atteints.

L'un d'entre eux - conserver une valeur boursière moyenne de 100 milliards d'USD pendant six mois - a été franchi en mai, octroyant à M. Musk la possibilité d'acquérir 1,69 million d'actions au prix unitaire de 350,02 USD et de dégager une plus-value conséquente en les revendant au prix du marché. A l'époque, cela représentait une paie de plus de 700 millions d'USD.

Une deuxième tranche de ces actions a été débloquée mardi 21 juillet, l'entreprise ayant maintenu une valeur moyenne à Wall Street de 150 milliards d'USD pendant une demi-année, selon des données de l'agence Bloomberg.

Si Elon Musk choisissait d'exercer son droit à acquérir la deuxième tranche d'actions et de les vendre au prix de clôture de mardi, il empocherait une différence de 2,1 milliards d'USD. Il doit toutefois attendre cinq ans avant de pouvoir le faire.

Selon un classement du magazine Forbes, M. Musk est actuellement la huitième personne la plus riche de la planète, avec une fortune estimée à 72 milliards d'USD.

Son groupe, Tesla, doit dévoiler ses résultats trimestriels mercredi soir 22 juillet. Nombre d'observateurs se demandent s'ils vont justifier l'envolée de l'action à Wall Street, qui a triplé depuis le 1er avril.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.