18/05/2020 15:43
L'entraîneur de Newcastle, Steve Bruce, a plaidé dimanche 17 mai pour une reprise du Championnat d'Angleterre fin juin afin de laisser le temps aux joueurs de se préparer, tandis que l'ancien international anglais Wayne Rooney a fait part de son "inquiétude".
>>Angleterre, Espagne, Italie : dernière ligne droite pour la reprise du foot
>>Le coronavirus se rappelle au foot européen qui ébauche sa reprise

Le manager de Newcastle, Steve Bruce, lors d'un match de son équipe sur le terrain de Crystal Palace dans le sud de Londres le 22 février. 
Photo : AFP/VNA/CVN

"La plupart des managers ont les mêmes inquiétudes. Nous avons besoin d'au moins six semaines. Je ne vois pas comment nous pouvons jouer des matches avant la fin juin", a déclaré Bruce au Sunday Telegraph.

Le gouvernement britannique a ouvert la porte à une reprise des compétitions à huis clos le 1er juin et la Premier League cherche des solutions pour essayer de disputer entre début juin et fin juillet les 92 matches qu'il reste pour achever la saison interrompue par la pandémie de nouveau coronavirus.

Les clubs se réunissent lundi 18 mai pour adopter un protocole sanitaire permettant la reprise mardi 19 mai de l'entraînement en respectant des mesures de distanciation physique dans le pays européen le plus endeuillé par la maladie (près de 35.000 morts).

Newcastle n'a plus joué depuis le 7 mars et Steve Bruce met en garde contre le risque de blessures si les joueurs reprennent trop vite.

"Il faut se souvenir qu'ils ont eu huit semaines d'arrêt et c'est probablement la plus longue pause que certains de ces joueurs ont eue dans leur carrière," explique l'ancien défenseur de Manchester United.

"Si nous faisions une pré-saison, nous aurions six semaines et probablement six matches amicaux pour qu'ils soient prêts pour le premier match de championnat. Nous avons besoin d'une préparation suffisante pour que les joueurs soient en forme, sinon ils vont juste s'effondrer comme un château de cartes", ajoute-t-il.

"Il y a des vies en jeu" 

Steve Bruce redoute moins les risques de contamination au coronavirus en jouant au football, étant donné les mesures très strictes prévues pour protéger les joueurs.

"Avec les mesures mises en place, il y a probablement plus de risques en allant au supermarché ou en mettant de l'essence dans sa voiture," ironise le technicien. "Nous avons de la chance, nous pouvons être testés tous les trois jours", ajoute-t-il.

L'idée d'une reprise est très loin de faire l'unanimité chez les footballeurs, partagés entre crainte face au coronavirus et volonté de rejouer.

L'international anglais de Manchester United, Raheem Sterling, a ainsi rappelé qu'il "n'était pas possible de rejouer un match après une semaine et demie ou deux semaines d'entraînement". "Il faut avoir quatre à cinq semaines (...) on ne peut pas rejouer directement comme ça", a-t-il déclaré sur sa chaîne Youtube.

Rooney, ancien joueur de Manchester United qui évolue désormais en 2e division anglaise sous le maillot de Derby dont il est le capitaine, ne cache pas son inquiétude et son amertume.

"L'inquiétude, ce n'est pas pour nous, joueurs si on devait se blesser, mais plus si on devait ramener le coronavirus chez nous et infecter nos proches, il y a des vies en jeu", a-t-il rappelé à l'édition dominicale du Times.

"Ce qui me surprend le plus, c'est le peu de cas qu'on fait de notre avis. Je n'ai pas un seul appel de l'EFL (qui chapeaute le Championnat de 2e division) ou du syndicat des joueurs professionnels pour connaître le sentiment des joueurs de Derby à propos d'une reprise", a constaté Rooney.

L'Allemagne est devenue samedi 16 mai le premier championnat majeur de football à renouer avec la compétition. Tout comme l'Angleterre, l'Italie et l'Espagne espèrent encore reprendre, mais attendent le feu vert de leurs autorités politiques.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Petits tours d'aventure lancés à Dà Lat Les circuits d'aventure avec un petit nombre de personnes sont une nouvelle tendance dans la ville de Dà Lat, province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre).