31/10/2017 09:19
Le procureur spécial enquêtant sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine a mis en accusation lundi 30 octobre trois membres de l'équipe de campagne de Donald Trump, dont son ex-directeur Paul Manafort et un conseiller ayant menti sur ses contacts avec Moscou.
>>10 millions d'Américains ont vu les contenus financés par des intérêts russes
>>Donald Trump mobilise sa base pour tenter de protéger sa présidence

Le conseiller de Donadl Trump, Paul Manafort, à sa sortie d'un tribunal à Washington, le 30 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Ces premières poursuites pénales lancées par Robert Mueller marquent une accélération de ces investigations qui empoisonnent la Maison Blanche, à quelques jours de l'anniversaire de l'élection du milliardaire républicain.

Le soupçon fondamental de savoir si, oui ou non, l'équipe de Trump s'est concertée avec Moscou pour influer sur le résultat du scrutin, s'est trouvé à la fois renforcé et affaibli par les développements de lundi 30 octobre.

Le procureur Mueller a inculpé Paul Manafort et son associé Richard Gates, contre lesquels il a retenu douze chefs d'accusation dont complot contre les États-Unis, blanchiment, fausses déclarations et non déclaration de comptes détenus à l'étranger.

Mais l'acte d'inculpation de 31 pages ne suggère pas de collusion entre l'équipe du candidat républicain et les autorités russes.

Nettement plus embarrassantes pour M. Trump sont les révélations concernant un de ses anciens conseillers subalternes, jusqu'à maintenant resté dans l'ombre : George Papadopoulos a plaidé coupable d'avoir menti aux enquêteurs de la police fédérale (FBI).

Cet homme chargé des questions de politique étrangère au sein de l'équipe de campagne a tenté de cacher ses contacts approfondis avec des intermédiaires russes auprès desquels il avait appris que Moscou détenait "de quoi salir" Hillary Clinton, sous la forme de milliers d'emails.

Mme Clinton assure que l'un des facteurs de sa défaite a été la fuite d'emails du parti démocrate et de ses proches, piratés par les Russes.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Ho Chi Minh-Ville parmi les 10 meilleures destinations asiatiques de 2018 Selon une évaluation récente de Lonely Planet, le premier éditeur de guides de voyage au monde, Hô Chi Minh-Ville est classée 3e dans la liste des meilleures destinations d'Asie à visiter en 2018 (Best in Asia), derrière Busan en République de Corée et l’Ouzbékistan.