07/08/2018 10:08
L’abondance de la main-d’œuvre jeune est l’un des grands avantages du Vietnam car la jeune génération possède une capacité d’adaptation rapide aux nouvelles technologies issues de la révolution 4.0. Une ombre vient cependant ternir le tableau. Analyse.
>>Faire entrer le Vietnam dans l’ère 4.0
>>Industrie 4.0: un programme national clé verra le jour

La révolution numérique va entraîner de profonds changements dans l’entreprise et le monde du travail.
Photo: Pham Kiên/VNA/CVN

La 4e révolution industrielle se développe dans le monde entier et affecte directement le Vietnam. Son influence se fait ressentir dans de nombreux aspects économiques et sociaux.

Avec le développement rapide des sciences et des technologies, de plus en plus de robots, machines et autres systèmes d’automatisation sont apparus et largement utilisés dans les technologies de l’information, les données numériques et l’intelligence artificielle. "C’est une très bonne opportunité que nous devons saisir pour développer de nouvelles industries, accélérer le processus d’industrialisation et de modernisation et réduire ainsi l’écart de développement avec les autres pays", a estimé Lê Quân, vice-ministre du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales.

Des millions d’emplois menacés

Outre les opportunités qu’offre la révolution 4.0, cette dernière pose également de grands défis vis-à-vis des ressources humaines vietnamiennes. Il s’agit notamment du risque grandissant de pertes d’emplois ou encore du manque de main-d’œuvre qualifiée dans maints domaines de la technologie, tels que la mécanique, l’électronique ou l’électrotechnique, entre autres.

-------------------------------------------------------------------
Au Vietnam, 86% des travailleurs des secteurs
du textile-habillement et de la chaussure
risquent fort de perdre leur emploi
sous l’influence de la révolution 4.0.
---------------------------------------------------

 
En effet, des études récentes ont montré que parallèlement aux opportunités qu’elle a créées, la révolution 4.0 engendre également un risque non négligeable de perte d’emplois dans un certain nombre de professions exigeant peu de compétences, notamment dans les secteurs de la production agricole, du textile-habillement, de la chaussure et de l’industrie de transformation. 

Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), au Vietnam, 86% des travailleurs des secteurs du textile-habillement et de la chaussure risquent fort de perdre leur emploi sous l’influence des percées technologiques induites par la révolution 4.0.

"Le taux de chômage des jeunes sera plus élevé. La pénurie de travailleurs qualifiés sera également très élevée", a aussi indiqué Pham Quang Ngoc, économiste et expert du marché du travail.

En plus de l’impact de la révolution numérique sur l’emploi, elle aura également un effet catalytique sur les autres activités en relation avec le marché du travail tels que l’éducation et la formation ainsi que les politiques sociales afin d’assurer la pérennité de la société. La concurrence dans la 4e révolution industrielle va se faire sur la base de la créativité et de l’innovation, ce qui demandera une grande capacité d’accès aux talents.

Le taux de chômage des jeunes sera plus élevé. La pénurie de travailleurs qualifiés sera également très élevée. 
Photo: Pham Kiên/VNA/CVN

La nécessaire mutation du marché du travail 

Selon le Dr. Lê Anh Vinh, directeur adjoint de l’Institut national des sciences de l’éducation du Vietnam, la jeune génération doit être préparée à voir se produire de grands changements dans plusieurs domaines dans les temps à venir. Plus de la moitié de la main-d’œuvre vietnamienne est âgée de moins de 40 ans et la proportion de travailleurs âgés de 15 à 29 ans est de 25%. Des chiffres plus que favorables qui jouent dans l’intérêt du pays et qui représentent un atout de taille à ne pas gaspiller.

Ainsi, il est nécessaire que les travailleurs s’ajustent à l’évolution du marché de l’emploi et au constant développement des technologies en apprenant, réapprenant et maîtrisant les compétences adaptées à ces nouveaux emplois. Les concepts traditionnels sur la stabilité professionnelle changeront graduellement. Des qualités telles que le dynamisme, la créativité et la flexibilité seront mises en avant. En outre, chaque employé devra s’immerger dans la philosophie dite de "l’apprentissage tout au long de la vie" et être conscient du besoin de se réinventer sans cesse afin de répondre aux mutations engendrées par cette 4e révolution industrielle. 

Les entreprises, quant à elles, devront également s’adapter à cette vague en créant davantage d’opportunités pour leurs employés et futurs employés avec notamment la création de cours de formation de haut niveau ou encore de stages de remise à niveau.

La pénurie de main-d’œuvre qualifiée constitue un défi pour le Vietnam alors que le pays entre dans une nouvelle ère scientifique et économique.

À l’heure actuelle, le gouvernement charge les ministères et les entreprises concernés à étudier et prévoir les répercussions de la révolution 4.0 sur l’emploi dans chaque secteur et chaque profession. Ils devront identifier les besoins de changements et doter les travailleurs des compétences nécessaires pour ainsi faciliter la transition et répondre adéquatement aux exigences requises. "Adaptation" est vraisemblablement le mot d’ordre.

Pour cela, il est également nécessaire de s’attaquer à la source du problème, à savoir la réforme du système d’éducation et de formation. Il doit être davantage dynamique, flexible mais surtout à jour, pour combler les lacunes en matière de qualifications et de savoir-faire afin de répondre rapidement aux demandes et attentes de plus en plus élevées du marché de l’emploi.

Thúy Hà/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.