08/09/2019 10:05
Poisson qui rapporte gros, l’Hemibagrus guttatus fait l’objet d’un projet de reproduction et d’élevage dans la province de Phu Tho. Un modèle qui connaît d’ores et déjà du succès.
>>Les chapeaux (i)coniques de Sai Nga ont la cote
>>La beauté idyllique du village de Coi à Phú Tho

Récolte d’Hemibagrus guttatus dans un élevage sur la rivière Lô, province de Phu Tho (Nord).

L’Hemibagrus guttatus (H. guttatus) relève du genre des poissons-chats (ordre des Siluriformes), famille des Bagridae. Ce poisson d’eau douce  est une spécialité du Nord du Vietnam.

Dans les années 1960-1970, les H. guttatus représentaient une quantité importante du volume de poissons sauvages pêchés dans certaines localités montagneuses. Ces dernières années, leur nombre a chuté à cause de la déforestation, du remblai de canaux, de l’orpaillage dans des fleuves et de la surpêche. En plus, comme la reproduction est lente, les menaces d’extinction sont réelles.

Avec sa centaine de kilomètres de rivières, la province septentrionale de Phu Tho est idéale pour les H. guttatus. L’élevage de ce poisson y bénéficie de beaucoup de conditions favorables, telles que peu de maladies, un taux élevé de poissons survivants, un prix de vente élevé, etc. Il y a aussi des défis à surmonter, comme la cherté des reproducteurs et le temps d’élevage long, entre autres. 

Un élevage qui porte ses fruits 

En 2017, la Sarl de conseil en services agricoles de hautes technologies a déployé un projet de reproduction artificielle et d’élevage de l’H. guttatus dans la rivière Lô. Avec comme objectifs de maîtriser la reproduction artificielle et les techni-ques d’élevage en cage. En deux ans et demi, ce projet s’est affirmé comme efficace et rentable. De nouvelles techniques sont appliquées dans la sélection des reproducteurs,  la reproduction artificielle, l’insémination, l’incubation, l’élevage des alevins...

La Sarl a fait se reproduire 30 poissons dont 12 mâles et 18 femelles, tous en forme et pesant en moyenne 2,5 kg. Un cheptel de 10.500 reproducteurs a été constitué, permettant aux pisciculteurs locaux d’être plus autonomes. Pour l’élevage, on place 3.000 spécimens dans trois cages. Après deux ans et demi, un individu  pèse en moyenne 2 kg. Il s’agit d’un bon résultat par rapport aux  projets menés précédemment. 

Le succès du projet de reproduction artificielle et d’élevage de l’H. guttatus à Phu Tho a marqué un grand pas en avant dans la pisciculture locale au Vietnam. Il contribuera à l’intensification de l’élevage des poissons en cage et aussi à la limitation de l’exploitation des poissons sauvages.

Texte et photo: Mai Quynh - PT/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’adaptation française de Kim Vân Kiều : plus qu’un théâtre musical !

Manmo, l’application pour se loger pas cher Les applications voyage permettent de faire des économies et de trouver des bons plans. Manmo, la nouvelle application développée par un jeune vietnamien, est plus spécifiquement réservée aux petits budgets et à ceux qui aiment partir à la dernière minute.