06/10/2017 08:08
Les forces irakiennes ont repris jeudi 5 octobre Hawija, le dernier centre urbain qui était encore aux mains du groupe État islamique (EI) en Irak, infligeant une énième défaite à l'organisation jihadiste en grande difficulté également en Syrie voisine.
Les forces irakiennes et des membres des unités paramilitaires du Hachd al-Chaabi avancent vers Hawija, le 4 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN

Les troupes irakiennes sont entrées mercredi 4 octobre dans la ville sunnite, surnommée le "Kandahar d'Irak", en référence au bastion des talibans en Afghanistan. Elles ont vite progressé dans des quartiers désertés par leurs habitants et où l'EI n'a pas opposé de résistance.

Trois ans après sa fulgurante ascension en Irak et en Syrie, l'EI se trouve acculé dans ses derniers fiefs, subit revers après revers et voit son "califat" autoproclamé sur les régions conquises s'écrouler face aux offensives de ses adversaires.

En Irak, il ne lui reste que les localités de Rawa et Al-Qaïm dans la province occidentale d'Al-Anbar, située le long d'une frontière poreuse avec la Syrie, pays déchiré depuis six ans par un conflit dévastateur.

"Il n'y a plus que la bande frontalière à reconquérir", a-t-il ajouté en allusion aux deux localités d'Al-Anbar, que les forces irakiennes cherchent à reprendre à la faveur d'une offensive lancée le 19 septembre.

"Chercher les parents"

Dans Hawija, ville de 70.000 habitants conquise en 2014 par les jihadistes, les combattants irakiens ont célébré la victoire après avoir décroché les drapeaux de l'EI.

"Nous sommes entrés hier (mercredi 4 octobre) à Hawija. Et maintenant la ville est libérée", s'est félicité auprès de l'AFP un policier, Hamad Saad.

La coalition internationale a salué dans un communiqué une victoire "rapide et décisive" à Hawija. "Plus de 41.500 kilomètres carrés ont été repris et plus de quatre millions d'Irakiens libérés" depuis 2014, mais, a prévenu la coalition, "l'EI reste présent en Irak".

Environ 12.500 civils ont fui Hawija depuis le début de l'offensive le 21 septembre, selon l'ONU.

Certains ont raconté la peur de la vie quotidienne sous la coupe des jihadistes, et celle d'être utilisés comme boucliers humains, ont rapporté les humanitaires.

Désormais "libérés", ils ne sont toutefois pas au bout de leurs peines, a prévenu l'ONG Norwegian refugee council (NRC).

"Il y a des personnes âgées, des nouveaux-nés, des enfants qui ne savent pas où se trouvent leurs parents. Même si l'offensive est terminée, ces civils ont toujours besoin d'obtenir rapidement de la nourriture, de l'eau, des abris et la sécurité", a dit l'ONG.

En juin 2014, face à des policiers et soldats en pleine débandade, les jihadistes s'étaient emparé de près d'un tiers de l'Irak. Depuis, les forces irakiennes ont redoré leur blason en reprenant progressivement le contrôle au terme d'une série d'offensives.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Quang Nam: Hôi An parmi les villes les plus attractives au monde Le magazine Travel and Leisure vient de publier un classement des 15 villes les plus attractives au monde comportant à la 8e place la vieille ville de Hôi An, dans la province de Quang Nam (Centre).