12/11/2017 10:16
La lecture des livres ou journaux aux personnes âgées, malades hospitalisés ou malvoyants est devenue un nouveau job pour les jeunes de Hô Chi Minh-Ville. Internet rend aisée la rencontre entre lecteurs et amateurs de ce genre de services.
>>Nouveau projet pour promouvoir l'emploi des jeunes

Une lectrice lit un livre à une patiente dans un hôpital à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : SGGP/CVN

Sur les sites de petites annonces comme timviecnhanh.com, vietlam24h.vn ou d’autres pages web, il est facile de trouver des annonces de lecteurs à domicile.
Nguyên Thi Lan, 21 ans, est étudiante à l’École normale supérieure de Hô Chi Minh-Ville. Elle a commencé à lire pour les autres tout en prenant soin d’un proche à l’hôpital. D’autres patients lui ont demandé de lire pour eux. «Au début, je ne pensais pas gagner de l’argent, mais les auditeurs ont commencé à me payer. Et de fil en aiguille, c’est devenu un petit boulot d’étudiante», partage Lan. Ses clients sont de plus en plus nombreux.

Avec un tarif horaire de 40.000 à 50.000 dôngs, Lan peut gagner 2 millions de dôngs chaque mois, ce qui est loin d’être négligeable pour une étudiante. Du roman classique au contemporain, policier, aventure, étranger, terroir, historique, fantastique, elle s’adapte à tous les thèmes selon les goûts de son auditeur et peut même conseiller vers des sujets à découvrir. «Mes clients sont des personnes hospitalisées ou des vieillards mais aussi parfois des enfants. En dehors de la lecture dans les hôpitaux, je travaille aussi à domicile», ajoute-t-elle.

«Ce métier est d’abord fait pour ceux qui aiment la lecture. Si l’on n’est pas patient ou si la lecture nous rebute, lire pendant des heures sera un véritable supplice, fait remarquer Lê Thi Cuc, étudiante de l’Université de Sai Gon, lectrice à domicile depuis un an. Ce job m’a permis de connaître de nombreux livres intéressants dont j’ignorais l’existence. L’autre point important pour exercer ce métier est d’avoir une voie claire et expressive afin de ne pas endormir son auditeur !».

Convivialité et partage

Ce job de lecteur à domicile permet non seulement aux étudiants d’arrondir leurs fins de mois, d’acquérir des connaissances mais encore de créer de belles relations de partage. En effet, la lecture à haute voix nourrit l’imaginaire, rompt l’isolement, tout en inspirant de belles pensées. Lecteur et auditeur discutent souvent de paragraphes intéressants ou de détails difficiles à comprendre.  
 
Les auditeurs, principalement les personnes âgées et malades hospitalisés, sont ravis de pouvoir écouter leurs livres préférés et d’avoir des discussions passionnées avec les lecteurs. Cela leur permet de s’évader et de ne plus penser à leurs problèmes de santé. Pour certaines personnes âgées seules, le lecteur à domicile permet aussi de rompre l’isolement.

Certains lecteurs qui devaient juste faire la lecture à des enfants se sont aperçus en fait que les parents recherchaient plutôt un tuteur à domicile.
Photo : DV/CVN

«L’hôpital m’apparaît un lieu plus agréable car j’ai autre chose à faire que de rester au lit à regarder le plafond», avoue Mme Kim, 56 ans, ajoutant qu’elle s’était liée d’amitié avec certains lecteurs. «Je me sens plus optimiste,  plus vivante. C’est un moment privilégié de détente et d’évasion», assure-t-elle.

En raison de problèmes de santé, Mme Phi, 65 ans, domiciliée dans l’arrondissement de Tân Binh, Hô Chi Minh-Ville, ne peut pas lire les livres qu’elle aime. Elle doit demander l’aide de ses proches.  C’est son fils qui a pris l’initiative de rechercher un lecteur à domicile. «Ce service me rend plus positive, plus épanouie», confie Mme Phi.

Pour sa part, M. Minh, domicilié dans l’arrondissement de Tân Phu, fait savoir que sa fille s’est prise de passion pour les livres depuis qu’il a engagé un lecteur pour elle. «Le prix est raisonnable, le lecteur est dévoué et aime les enfants. Nous sommes très contents», partage-t-il.

Un métier parfois mal compris

Parfois, les choses ne se passent pas comme prévu. Ainsi, certains lecteurs qui devaient juste faire la lecture à des enfants se sont aperçus en fait que les parents recherchaient plutôt un tuteur à domicile. C’est pourquoi, il est toujours important que les modalités du travail soient bien précisées lors de la première rencontre afin qu’il n’y ait pas de malentendu.

Il arrive aussi que certains clients aient des exigences malsaines. «Une fois, par le biais d’un ami, j’ai accepté d’être lectrice pour un homme âgé. Selon le contrat, je devais lui lire des livres sur la guerre. Mais en arrivant chez lui, il m’a demandé de lui lire un livre pornographique. J’ai refusé et je suis partie apeurée», raconte Cuc.   

«D’une manière générale, je refuse tous les clients à domicile qui me demandent de lire après 21 heures», souligne Hao, étudiante d’une Université à Hô Chi Minh-Ville, ajoutant qu’elle «aime lire aux enfants et que ses genres préférés sont les nouvelles et les romans».

En cette période de Noël qui arrive, cela peut être une idée de cadeau originale. Pensez-y !

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.