23/01/2016 15:12
L’éclipte grimpante a pour nom botanique Eclipta prostrata et pour noms vietnamiens Nhọ nồi ou cỏ mực. Il s’agit d’une plante annuelle à fleurs blanches, à tige velue à poils opprimés et raides. Ses feuilles, opposées à bords dentelés, sont velues et présentent des poils rudes sur les deux faces, presque sessiles.

>>Le périlla
>>Le gattilier
>>L’anacardier
>>La fibraurée
 

L’éclipte grimpante. Photo : Archives/CVN

Originaire d’Afrique, d’Asie et d’Australie, on trouve l’éclipte grimpante dans toutes les régions tropicales. Elle est particulièrement répandue en Inde, en Chine, en Australie, et se développe fréquemment dans les endroits humides des champs, des friches. On la cueille au début de l’automne.

Parties utilisées : parties aériennes de la plante.

Constituants chimiques : saponines triterpéniques (dont écliptine, alpha-terthiénylméthanol, isoflavonoïdes et phytostérols).
C’est en Chine, en 659, que cette plante est mentionnée pour la première fois. En Inde, on utilise son pigment noir pour colorer les cheveux ; on rince la tête des nourrissons avec une décoction de ses feuilles pour favoriser la pousse des cheveux. L’éclipte fournit également une encre à tatouage. On peut consommer ses feuilles en légumes.

Applications thérapeutiques : dans la médecine ayurvédique ou chinoise, l’éclipte grimpante a les mêmes indications. En décoction, elle tonifie le foie, retarde le blanchissement des cheveux et arrête les saignements, en particulier ceux de l’utérus. Dans la tradition chinoise, on la considère comme un tonique yin ; dans la médecine ayurvédique, elle prévient le vieillissement. Aux Antilles, son jus soigne l’asthme et la bronchite.

L’éclipte grimpante traite également les étourdissements, les vertiges et les troubles de la vision. En usage externe, elle accélère la cicatrisation des plaies. Elle permet donc soigner de multiples affections de la peau. Au Vietnam, on utilise l’éclipte grimpante comme hémostatique interne et externe dans la ménorragie, l’épistaxis, les hémorroïdes hémorragiques, l’hématurie, l’hématémèse, l’hémoptysie et les hémorragies hypodermiques. Elle est encore active sur la rougeole, l’érythème, la toux, l’asthme, l’angine et la dermatomycose.

La dose journalière est de 12-20 g de drogue sèche sous forme de décoction ou pilules ou de jus de 30-50 g de plante fraîche.

Plusieurs expériences de laboratoire montrent que l’éclipte régularise les taux d’enzymes du foie et le protège.                                         

Dr Doàn Van Tân/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Les autres articles
L’agérate conyzoïde [18/11/2017 10:59]
La viorne obier [12/11/2017 12:19]
Le schisandra [05/11/2017 07:16]
La cuscute [29/10/2017 08:45]
La stramoine [21/10/2017 15:03]
Le badamier [14/10/2017 11:27]
Le cacaoyer [08/10/2017 07:55]
Le longanier [30/09/2017 14:27]
La rehmannia [23/09/2017 12:13]
Le varuna [22/09/2017 05:08]
Le lyciet [17/09/2017 10:00]
Le bois noir [26/08/2017 09:39]
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Binh Thuân vise un tourisme durable En plus de déployer des mesures pour diversifier ses services touristiques, améliorer la qualité et promouvoir son image, la province de Binh Thuân (Centre) se concentre sur le renforcement de la coopération et de la connectivité dans le tourisme.