12/07/2021 17:14
La commune de Thanh Long dans le district de Nông Công de la province centrale de Thanh Hoa est connue pour son artisanat de fabrication du miên, une recette particulière des vermicelles de riz vietnamiens, née il y a maintenant plus de 30 ans.
>>Tourisme à Thanh Hoa, "mine d'or" à découvrir
>>La cuisine vietnamienne, un puzzle aux pièces savoureuses
>>Les produits vietnamiens s’affirment dans le monde

Le Comité populaire du district de Nông Công a enregistré avec succès le label collectif pour le produit "Vermicelle de riz Thang Long" de Nông Công.

Le produit de vermicelle de riz Thang Long a été choisi comme l’un des deux produits du district de Nông Công pour intégrer le programme OCOP ("One Commune - One Product" / "Une Commune – Un produit"). Il a été enregistré depuis sous un label collectif.

Plusieurs raisons ont poussé les autorités à valoriser le miên. Tout d’abord, bien sûr, sa spécificité qui fait que l’on ne trouve pas la même préparation nulle part ailleurs. Après être trempés pendant de deux à quatre heures, les grains de riz bien lavés sont broyés dans une machine avec de l’eau. Les grains de riz deviennent ainsi des pâtes, qui seront mises dans les sacs en étoffe pour la déshydratation. Les fils de vermicelles sont couverts pendant 5-7 heures, puis mis dans l’eau froide et enfin séchés au soleil sur des perches.

La production et la commercialisation de ce produit local fait vivre pas moins 300 habitants dans la commune de Thanh Long, la plupart étant des femmes. Si le travail n’est pas facile (les femmes passent la majeure partie de leurs journées à disposer des feuilles de bambou sur lesquelles sont séchés leurs vermicelles de riz frais), il apporte des revenus stables tout au long de l’année.

Mais c’est à l’approche du Têt que les commandes sont les plus importantes. A ce moment-là, Lê Ba Phiêt et sa famille travaillent jour et nuit pour produire des vermicelles de riz en quantité suffisante pour répondre à la demande. Pendant de nombreuses années, Phiêt et son épouse, se sont levés tôt et se sont couchés très tard pour préparer de nouveaux lots de vermicelles de riz.

Ces dernières années, de nombreux foyers de la commune de Thang Long sont passés des méthodes de production traditionnelles à l'automatisation en investissant dans des machines pour améliorer la productivité et augmenter leurs revenus. Pour assurer la qualité des produits propres et en sécurité, les producteurs de vermicelle de riz se sont engagés à ne pas utiliser des agents de conservation et de blanchiment.

Thuy Hà - Khiêu Tu/CVN
 
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.