16/01/2022 09:20
Malgré les vicissitudes du temps et l’impact de la vie moderne, le village Ê dê de Cô Thôn, dans la province de Dak Lak (hauts plateaux du Centre), continue de préserver son patrimoine culturel, notamment les maisons longues.
>>Tout savoir sur les maisons traditionnelles vietnamiennes
>>La maison-longue des Ma, patrimoine bâti en sursis
>>La maison longue des Ê dê, un patrimoine à préserver

Un coin du village de Cô Thôn.

Cô Thôn, également appelé Ako Dhong, est situé au bout de la route Trân Nhât Duât, à environ 2 km au nord du centre-ville de Buôn Ma Thuôt, province de Dak Lak. En langue Ê dê, Ako Dhong signifie "la source du ruisseau", car ce village est situé en amont du ruisseau Ea Nuol. Considéré comme le plus riche et le plus beau village des hauts plateaux du Centre, Cô Thôn est probablement le seul qui conserve encore l’apparence unique d’un village traditionnel Ê dê.

Avant 1975, il n’y avait que trois maisons longues avec une dizaine de foyers. Après, grâce à la politique de sédentarisation de l’État, les infrastructures comme l’électricité, les routes ou l’école ont été amenées jusqu’au village. Petit à petit, la vie des habitants s’est progressivement stabilisée.

Nouvelle physionomie

Le village compte actuellement une quarantaine de maisons longues sur pilotis solidement construites avec les caractéristiques architecturales typiques des minorités ethniques Ê dê. Aujourd’hui, il n’y a plus de buffles, de cochons ou de poules élevés sous la maison comme autrefois. Dorénavant, tous les animaux sont élevés loin des habitations pour assurer l’hygiène publique.

Les maisons longues sont faites de matériaux naturels et plusieurs générations y cohabitent. Chaque fois qu’une fille de la famille se marie, la maison est rallongée. L’escalier est considéré comme un symbole culturel des Ê dê. Au bout, il y a toujours une représentation des seins d’une mère pour louer la longévité de l’ethnie et aussi pour montrer le pouvoir des femmes dans cette société matriarcale. Chaque foyer conserve un ensemble de gongs car les Ê dê considèrent que c’est un objet sacré. Il est souvent utilisé lors des grandes célébrations comme les fêtes du nouveau riz et de la descente aux champs.

Ces dernières années, les villageois, en plus des travaux agricoles, se tournent vers le développement de l’écotourisme basée sur l’exploitation durable des paysages et de la culture, préservant et promouvant ainsi les valeurs d’un village traditionnel situé à deux pas de la ville de Buôn Ma Thuôt. Avant l’apparition de l’épidémie de COVID-19, Cô Thôn était une destination très appréciée des touristes.

Texte et photos : Thanh Hòa - Hoài Thu/VNP/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

Les touristes sud-coréens et américains plébiscitent le Vietnam En avril, 101.000 touristes étrangers se sont rendus au Vietnam, soit une hausse spectaculaire de 242,9 % sur un mois et de 520,6 % en glissement annuel.