10/11/2018 23:28
L’ambassadeur, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l'ONU, Dang Dinh Quy, a réaffirmé la détermination du Vietnam à promouvoir le multilatéralisme et à soutenir le rôle central de l’ONU dans l’assurance de la paix, de la sécurité et du développement durable.

>>Le Vietnam soutient le rôle central de l’ONU
>>Le Vietnam affirme le rôle de l’ONU dans la médiation
 

L’ambassadeur, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l'ONU, Dang Dinh Quy.
Photo: Hoài Thanh/VNA/CVN


Le 9 novembre, Dang Dinh Quy s'est exprimé lors du débat public du Conseil de sécurité de l’ONU sur le maintien de la paix et de la sécurité internationale, la promotion du multilatéralisme et le rôle de l’ONU.

"Dans le contexte où la paix et la sécurité internationales sont confrontées à des défis traditionnels et non traditionnels plus complexes, la communauté internationale doit maintenir et renforcer l'efficacité du multilatéralisme", a souligné Dang Dinh Quy.

Il a déclaré que depuis leur création, les Nations unies ont montré que les mesures multilatérales, basées sur les principes du droit international et enracinées dans la Charte des Nations unies, sont cruciales pour résoudre les défis globaux posés à la sécurité internationale.  Mais alors qu’aujourd’hui ces défis sans précédents se complexifient, il faut plus que jamais renforcer le multilatéralisme, pour notamment aider les États qui ne le peuvent pas à s’attaquer aux défis transfrontaliers, a recommandé le représentant.

Le Vietnam est en outre d’avis que, pour renforcer ce multilatéralisme, il faut que les États les plus capables s’engagent politiquement à prendre toutes les mesures pertinentes. Les instances des Nations unies doivent également se montrer plus efficaces, plus transparentes et responsables devant les États membres.  Pour cette raison, le Vietnam soutient l’initiative de réforme présentée par le secrétaire général et souligne qu’il est essentiel de prendre des mesures pour la mettre en œuvre, a souligné le représentant du Vietnam.

Le diplomate vietnamien a souligné que tous les pays membres, en particulier ceux qui jouent un rôle important, doivent continuer à renouveler leurs engagements forts et à prendre des mesures concrètes pour que le système international repose sur des doits dans lesquelles toutes les questions sont traitées équitablement.

En tant que membre proactif, actif et responsable de la communauté internationale, le Vietnam continuera d'œuvrer pour un monde de paix, de prospérité, d'équité et de développement durable, a déclaré Dang Dinh Quy.

 

En tant que membre actif et responsable de la communauté internationale, le Vietnam continuera d'œuvrer pour un monde de paix, de prospérité, d'équité et de développement durable.
Photo: Xuân Khu/VNA/CVN


Àcette occasion, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a rappelé que ce débat a eu lieu quelques jours seulement avant le centième anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. "Ce conflit fut une tragédie colossale et le signe annonciateur effrayant de décennies sanglantes à venir. L’Europe était multipolaire à cette époque, mais cela n’était pas suffisant pour contenir la violence".

"En l’absence de mécanismes de résolution internationale des problèmes, la guerre a éclaté et duré des années, a rappelé le chef de l’Organisation. Il a fallu un deuxième cataclysme mondial pour enclencher les accords multilatéraux que nous connaissons aujourd’hui, lesquels ont fait leurs preuves en matière de sauvetage de vies humaines, de progrès économiques et sociaux et d’évitement d’une troisième descente dans la guerre mondiale".

Les dernières années ont été marquées par des réalisations inspirantes en matière de diplomatie internationale, notamment le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris sur les changements climatiques, a observé M. Guterres. "Les opérations de paix autorisées par ce Conseil sont également des expressions importantes du multilatéralisme en action.  Le maintien de la paix a aidé un grand nombre de pays à se relever d’un conflit armé. Nos missions sont souvent des remparts déterminants contre le chaos et les effusions de sang", s’est félicité le Secrétaire général.  C’est la raison pour laquelle il s’est déclaré heureux que 151 pays, ainsi que quatre grandes organisations internationales et régionales, aient exprimé leur soutien à l’initiative Action pour le maintien de la paix, qui vise à renforcer ces partenariats collectifs.


Dans d’autres domaines, cependant, les efforts multilatéraux sont soumis à d’immenses mises à l’épreuve. 
 

Des refugiés afgans en Grèce.
Photo: AFP/VNA/CVN


"Les gens perdent confiance dans les institutions politiques, qu’elles soient nationales ou internationales. Les hypothèses clefs ont été renversées, les principaux efforts fragilisés et les principales institutions remises en cause.  Il semble souvent que plus la menace est mondiale, moins nous sommes capables de coopérer. C’est une situation très dangereuse face aux défis d’aujourd’hui, pour lesquels une approche globale est essentielle", a encore analysé M. Guterres.

Dans ce contexte difficile, nous devons inspirer un retour à la coopération internationale, a-t-il exhorté.  Nous avons besoin d’un système multilatéral réformé, revigoré et renforcé, et en fin de compte, "le multilatéralisme n’est rien d’autre que des pays qui se réunissent, se respectent et établissent les formes de coopération qui garantissent la paix et la prospérité pour tous sur une planète en bonne santé". À cette fin, nous avons besoin d’un engagement plus vigoureux en faveur d’un ordre fondé sur des règles, avec les Nations unies en son centre, les différentes institutions et traités qui donnent vie à la Charte des Nations unies, a plaidé le haut fonctionnaire.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.