03/08/2018 23:17
Selon les statistiques de l'Association des producteurs et exportateurs de produits aquatiques du Vietnam (VASEP), 62 entreprises se sont engagées à lutter contre la pêche illégale, l'exploitation illégale et la mise en œuvre de règles anti-pêche illégale pour l'exportation de fruits de mer vers le marché européen.

>>Exportation de produits aquatiques: une hausse de 13% prévue au 3e trimestre
>>Le Vietnam s’engage pour le développement de la pêche responsable et durable
>>Produits aquatiques: près de 4 milliards de dollars d’exportations
 

Les pêcheurs du districe de Long Diên, province de Vung Tàu (Sud), se préparent à la pêche en haute mer. Photo : Hoàng Nhi/VNA/CVN


En plus d’investir dans des navires, les entreprises achètent également des matières premières pour le traitement et l'exportation des ports de pêche. Les entreprises de transformation des exportations de fruits de mer demandent aux organes concernés dans les localités disposant de ports de pêche de s’améliorer de manière synchrone et de fournir à temps les pièces justificatives nécessaires aux entreprises d’exportations des fruits de mer vers l’Europe pour aider à tenir les délais, ce qui réduira le temps nécessaire pour retirer le "carton jaune"

Selon le VASEP, le Vietnam ne dispose que de 3.000 navires équipés d’un équipement de navigation par satellite Movimar. Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a demandé aux autorités locales d'avoir une flotte de bateaux de pêche d'une longueur de 24 mètres et de généraliser l'installation du système de navigation par satellite Movimar d'ici octobre 2018.

Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a également demandé aux localités et services concernés de prendre des mesures spécifiques pour contrôler les exportations.

Améliorer le cadre juridique de la pêche
   

Selon Duong Thanh Trung, président du Comité populaire de la province de Bac Liêu, sa localité est déterminée à ne pas octroyer le permis de pêche et le permis de construction des bateaux pour les patrons ayant violé plusieurs fois les règles en vigueur.


Les pêcheurs sont également fermement attachés aux règles et règlements de la pêche et de la pêche hauturière, afin de retirer rapidement le "carton jaune" de la Commission européenne (CE).


La CE a donné d'autres critères pour les gestionnaires vietnamiens et les entreprises à réaliser. Plus précisément, le Vietnam doit continuer à améliorer le cadre juridique de la pêche.


Vu Van Tam, vice-ministre de l'Agriculture et du Développement rural a déclaré que pour limiter et arrêter la pêche dans les eaux étrangères ainsi que pour la promotion du développement durable, les forces concernées doivent gérer les problèmes directement depuis le rivage, ainsi qu’intensifier la surveillance des navires de pêche.


Le 23 octobre 2017, la CE a lancé un avertissement au Vietnam au motif que le pays n’a pas fait assez aux yeux de Bruxelles pour combattre la pêche INN. Elle a proposé à ce stade de coopérer avec le Vietnam pour améliorer la situation.

Peu de temps après avoir reçu un carton jaune, le Vietnam a mis en place des améliorations concrètes suivant les recommandations de l’UE. La mise en œuvre de ces mesures sera évaluée par l’UE en avril prochain.

Si les problèmes sont résolus, même en parti, le pays concerné recevra un "carton vert" ou un "carton rouge", dans le cas contraire il fera l’objet d’une série de mesures pouvant aller jusqu’à la possible exclusion de ses produits issus de la pêche du marché de l’UE.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.