30/07/2021 23:12
L’Assemblée nationale a voté le 28 juillet une résolution donnant plus de pouvoirs au Premier ministre dans la lutte contre la pandémie de COVID-19. Voilà trois mois que le pays est frappé de plein fouet par la 4e vague épidémique. Aussi le secrétariat du Comité central du Parti a-t-il décidé d’adopter une nouvelle stratégie et de prendre des mesures plus strictes.

>>COVID-19 : le PM demande une prise de conscience et de nouvelles solutions
>>Le secrétaire général du PCV lance un appel pour contenir le COVID-19
 

L’Assemblée nationale a voté le 28 juillet une résolution donnant plus de pouvoirs au Premier ministre dans la lutte contre l’épidémie de COVID-19.
Photo : quochoi/CVN


Si la direction de la lutte contre l’épidémie doit rester unifiée au niveau national, les ministères et les collectivités locales ont désormais carte blanche pour décider des mesures qu’ils jugent les plus appropriées à leurs situations respectives. C’est ce qui ressort de la visioconférence tenue le 23 juillet par le Premier ministre Pham Minh Chinh et les responsables des ministères et des localités pour mettre en œuvre la nouvelle décision du secrétariat du Comité central du Parti.

L’état actuel de l’épidémie exige une plus grande fermeté, mais aussi une plus grande flexibilité de la part des autorités, a estimé le chef du gouvernement. D’après lui, les localités peuvent adopter, si nécessaire, des mesures plus strictes par rapport aux règlementations en vigueur.

L’idée étant de garantir une distanciation sociale effective pour couper les chaînes de contagion, les autorités doivent renforcer le contrôle tout en appelant au sens des responsabilités des citoyens. Si l’armée et la police restent le maillon fort de la lutte contre l’épidémie, les équipes civiles dites "groupes COVID communautaires" doivent jouer un rôle plus important. Des centres de consultation, des numéros de téléphone d’urgence, des comptes de réseaux sociaux destinés à recevoir les appels au secours et à l’aide humanitaire doivent être créés.

Selon le chef du gouvernement, cette période de distanciation sociale observée à Hano
ï et dans le Sud du pays est une période privilégiée, qui doit permettre au Vietnam de maîtriser les foyers épidémiques existants, d’empêcher l’apparition de nouveaux foyers et d’élargir les zones sécurisées.

La vie et le bien-être de la population étant la grande priorité du gouvernement, le Premier ministre a demandé aux autorités à différents échelons de prendre toutes les mesures qui s’imposent pour guérir les malades et garantir la sécurité sociale dans les zones touchées. Il faut apporter aux habitants, notamment ceux des zones de confinement, les personnes en situation difficile et celles ayant perdu leur emploi à cause de la pandémie, de l’alimentation et des produits de première nécessité, a déclaré Pham Minh Chinh, qui a également souligné l’impératif de garantir l’ordre et la sécurité.

Le Premier ministre a chargé le ministère de la Santé de réformer son système de traitement, d’accélérer la production nationale de vaccins anti-COVID-19 en parallèle à la campagne de vaccination utilisant des vaccins importés.

Dans les zones déjà sécurisées, il importe de relancer rapidement la production et le commerce tout en gardant la vigilance. Chaque usine, chaque entreprise doit être une forteresse et chaque salarié, un combattant contre l’épidémie, a recommandé Pham Minh Chinh.

En plus du Comité de pilotage national pour la prévention et le contrôle du COVID-19, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam pilote désormais le groupe de travail spécial du gouvernement chargé de combattre le coronavirus. Ce groupe de travail doit se réunir plus régulièrement et prendre des décisions plus opportunes, dans le but de repousser rapidement l’épidémie et de permettre à la population de reprendre une vie normale.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.