01/10/2020 11:10
De nombreuses destinations sont possibles lorsque l’on envisage la délocalisation de ses chaînes de production ou de ses investissements. Alors pourquoi le Vietnam s’affirme-t-il ces temps-ci comme le premier choix? Explications.
>>Dông Nai parmi les localités les plus attractives aux investisseurs étrangers
>>Binh Duong se concentre sur l'attraction des investissements
>>Le Vietnam attire plus de 21,2 milliards d'USD en neuf mois


Le Vietnam propose des politiques de soutien, des incitations fiscales et des lois favorables, créant un environnement idéal pour la production et les activités commerciales.  Photo : Minh Hung/VNA/CVN

Dans le contexte actuel, les investisseurs ont en effet de nombreuses options en matière de délocalisation. Le but est de réduire les coûts et d’améliorer la compétitivité des produits ou services. Lorsque l’externalisation n’a pas produit les résultats commerciaux escomptés et que le coût d’embauche des ressources nationales est élevé, les entreprises ont commencé à se tourner vers la délocalisation. Cependant, le choix du meilleur pays de délocalisation doit être soigneusement considéré lorsque les entreprises souhaitent étendre leur équipe technologique à l’étranger.

La pandémie de COVID-19 a complètement changé le paysage commercial, ce qui rend difficile le choix de sites pour de nombreuses entreprises afin d’étendre leurs activités. Car la plupart des marchés d’Asie du Sud-Est sont fermés en raison de l’épidémie.

Le Vietnam est actuellement apprécié pour ses progrès remarquables dans le développement d’un écosystème commercial dynamique tout en maîtrisant la crise du COVID-19. Les chefs d’entreprise envisagent tous d’étendre leurs activités dans des pays présentant un potentiel de reprise économique rapide dans la période post-COVID-19.

Bien que l’Inde et la Chine aient “dominé” le marché de la délocalisation pendant longtemps, elles ne sont plus des destinations d’investissement offrant des bas coûts de la main-d’œuvre ou une qualité stable.

Les pays d’Asie du Sud-Est sont devenus ces dernières années des concurrents émergents en se concentrant sur le renforcement de leur compétitivité. Les start-up et petites et moyennes entreprises basées à Singapour se sont associées à de nombreux autres pays de l’ASEAN pour améliorer leurs capacités de développement de produits sans dépenser beaucoup d’argent.

Parmi les destinations de délocalisation les plus populaires figurant actuellement le Vietnam, l’Indonésie, les Philippines, le Cambodge, le Myanmar, la Thaïlande et la Malaisie. Ces pays sont connus pour leurs bas coûts de la main-d’œuvre et de la vie. Et un nombre croissant de personnel informatique parlant couramment l’anglais est également un avantage.

Selon un sondage de Tech JDI – société singapourienne de l’initiative de développement des liens technologiques, le Vietnam est le bon choix en termes de ressources humaines technologiques, devant la Thaïlande et la Malaisie. Cela explique non seulement la compétitivité du Vietnam par rapport aux autres pays de la région, mais montre également que le Vietnam est un pays bien développé en termes de ressources humaines et d’environnement des affaires stable. Plus précisément, voici les trois principaux avantages que de nombreuses entreprises choisissent le Vietnam comme destination de délocalisation appropriée.

Une chaîne de production de la SARL Nien Hsing dans la Zone industrielle Khanh Phu, province de Ninh Binh. Photo : Minh Duc/VNA/CVN

Le Vietnam assoit son attractivité

Actuellement, Singapour est confrontée au défi d’une grave pénurie de main-d’œuvre technologique. Pendant ce temps, le Vietnam compte des milliers de diplômés en informatique qui rejoignent le marché du travail chaque année. Cela signifie que le coût de la main-d’œuvre dans le secteur technologique est beaucoup plus bas que dans les pays voisins. Le coût de la main-d’œuvre au Vietnam est de 15% à 50% plus bas que la Thaïlande et la Malaisie. En outre, le coût de l’embauche d’un ingénieur de données ou d’un ingénieur logiciel au Vietnam est d’environ 9.600 à 18.000 dollars par an, alors que ce coût à Singapour peut aller de 38.000 dollars à 84.500 dollars par an. Un facteur qui attire de nombreuses start-up.

L’enseignement des STEM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) au Vietnam est considéré comme relativement bon, créant les conditions permettant aux ressources humaines de développer des techniques et de résoudre divers problèmes du marché. Les ressources humaines du Vietnam sont considérées comme très flexibles et adaptatives même lorsque le marché évolue rapidement.

Les économies des pays asiatiques sont confrontées à des difficultés dues à l’instabilité sociopolitique, comme en Thaïlande ou en Malaisie. Le Vietnam a la chance d’être un pays stable à forte croissance grâce au soutien du gouvernement aux activités commerciales D’autre part, le gouvernement se concentre également sur l’orientation de la jeune population vers l’écosystème des startups. Les start-up, les PME contribuent jusqu’à 50% des créations d’emplois. Le Vietnam propose également des politiques de soutien, des incitations fiscales et des lois favorables, créant un environnement idéal pour la production et les activités commerciales.

Une autre preuve est qu’en 2019, Enterprise Singapore, Quest Ventures et Saigon Innovation Hub (SIHUB) ont signé un protocole d’accord pour renforcer la coopération entre les start-up et les PME de Singapour et leurs partenaires au Vietnam. Enfin, les catastrophes naturelles en Asie du Sud-Est ont préoccupé de nombreuses entreprises. Le Vietnam est considéré comme un pays subissant moins de dégâts et son climat est également considéré comme beaucoup plus agréable que celui des autres pays de la région.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ambiance "électropicale" dédiée aux jeunes francophones

La beauté ensorcelante de la plage de Mui Nai Située à Kiên Giang, la plage de Mui Nai vaut le détour pour ses paysages époustouflants mais également pour ses services originaux.