20/12/2018 18:25
Le passage du Vietnam d’une économie planifiée à une économie de marché a transformé le pays. Et bien qu'il soit maintenant l’un des pays émergents les plus dynamiques de l’Asie du Sud-Est, cela s’est parfois fait au détriment de l’environnement. Mais le pays a commencé à donner la priorité à la croissance verte, a estimé l’Inter Press Service (IPS).
>>Promotion de la croissance verte et du développement durable
>>Restructurer l’économie et rénover le modèle de croissance

L'énergie solaire constitue une source énergétique importante qui permet de réduire la pollution environnementale, contribuant à développer durablement l'économie nationale.
Photo: Nguyên Thành/VNA/CVN

La croissance économique du Vietnam s’est accompagnée d’une migration importante des zones rurales vers les zones urbaines, ce qui a entraîné des défis sociaux et environnementaux accrus, a-t-elle fait remarquer dans un article paru le 18 décembre.

Au cours des dix dernières années, 700 km² de terres ont été convertis en zones urbaines. Les émissions vietnamiennes par unité de PIB n’ont cessé d’augmenter, étant alimentées par la consommation nationale de charbon, qui représente actuellement 36% de l’approvisionnement en électricité et devrait augmenter de 56% d’ici 2030, selon l’IPS.

Dans ce conxte, le concept d’économie verte et inclusive est devenu une priorité stratégique du pays. Une économie de croissance verte est une économie qui améliore le bien-être humain et construit l’équité sociale tout en réduisant les risques environnementaux.

L’organisation intergouvernementale, le Global Green Growth Institute (GGGI), tente justement de promouvoir ce modèle, s’employant à accroître la production d’énergie verte et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Le GGGI a contribué à l’élaboration de plans directeurs écologiques, de stratégies pour les énergies renouvelables et de projets viables pour les villes du Vietnam.

Adam Ward, représentant national du GGGI pour le Vietnam, a déclaré à l’IPS que le Vietnam, un pays très vulnérable au changement climatique, "souhaite que son développement soit inclusif, durable et aussi vert que possible". "Le Vietnam a une forte demande en énergie. Et compte tenu de la croissance du PIB, elle augmentera considérablement", a-t-il indiqué.

Faire face au changement climatique 

Le pays veut couvrir une grande partie de cette demande via le charbon, ce qui aura un impact sérieux sur les émissions de carbone. Mais cela va également polluer les villes environnantes et les terres agricoles entourant les centrales au charbon, ce qui sera un défi de taille, selon

"Le deuxième défi auquel le Vietnam est confronté est le changement climatique", a-t-il observé. "Le delta du Mékong est l’un des endroits les plus vulnérables au monde face au changement climatique. L’élévation du niveau de la mer et les sécheresses sont plus courantes, les typhons plus puissants".

Le troisième défi, selon Adam Ward, réside dans les villes. Environ 30% de la population vit dans ou autour des villes, chiffre qui devrait dépasser les 50% d’ici 2050. "Cela apporte beaucoup d’avantages en termes de développement économique, cependant, cet afflux massif de personnes pose des défis en termes d’infrastructure afin de soutenir les transports, le logement, etc", a-t-il estimé.

Le Vietnam cherche à promouvoir le développement des énergies renouvelables afin de réduire sa dépendance croissante au charbon pour la production d’électricité. Dans sa stratégie de développement des énergies renouvelables d’ici à 2030, il prévoit de réduire de 40 millions de tonnes son utilisation de produits à base de charbon.

Le pays s’efforce actuellement de réaliser les objectifs de développement durable de l’ONU et les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat. 

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

La région septentrionale du Centre encourage le tourisme saisonnier Son littoral magnifique est devenu l'un des principaux produits touristiques de la région septentrionale du Centre. Cette région continue d’améliorer la qualité de ses services et de lancer de nouveaux produits touristiques.