29/06/2014 09:41
Ces derniers temps, des centaines de groupes internationaux ont choisi le Vietnam pour s’implanter sur le long terme. Certains ont décidé de construire des zones de hautes technologies qui occupent une position importante sur la carte mondiale de leurs activités.

Selon le Département de l’investissement étranger (ministère du Plan et de l’Investissement), 415 groupes internationaux ont investi au Vietnam en 2004, dont 106 figurent au top 500 des plus grands du monde, selon le magazine américain Fortune.

Le Vietnam privilégie les projets respectueux de l’environnement, de hautes technologies, peu consommateurs d’énergie et de ressources naturelles.

Danh Lam/VNA/CVN


Actuellement, leurs investis-sements continuent de croître, et ce de manière exceptionnelle. Fin 2013, le Vietnam a reçu 15.932 projets d’investissement direct étranger (IDE) représentant 234 milliards de dollars, dont près de 500 projets pour 140 milliards de dollars de groupes internationaux ayant une activité en matière de R &D ou dans des secteurs technologiques...

La présence de grands noms

La Chambre de Commerce américaine de Shanghai a reconnu l’attractivité du Vietnam en matière d’investissement, et sa qualité d’adresse privilégiée en Asie pour de nombreux investisseurs internationaux, dont de grands noms comme Samsung, Intel, Nokia, Honda, Canon...

Récemment, Ariston, leader mondial des chauffe-eaux électriques, a décidé de construire sa 2e grande usine en Asie dans la province de Bac Ninh (Nord). Selon Stefano Cartoni, directeur commercial d’Ariston Thermo pour l’Asie-Pacifique et directeur général d’Ariston Thermo Vietnam, «le Vietnam est un marché potentiel avec de nombreux avantages en termes d’environnement d’investissement, de ressources humaines, de position géographique, de matériaux et de matières premières. Il est un choix idéal pour tous les investisseurs, et Ariston Thermo ne fait pas exception». Paolo Merloni, président d’Ariston Thermo, a déclaré que «notre nouvelle usine contribuera à renforcer nos capacités en Asie du Sud, une région qui se développe fortement et dans laquelle le Vietnam joue un rôle central dans notre stratégie de développement».

Le professeur Nguyên Mai, président de l’Association des entreprises à participation étrangère, a souligné que la présence de grandes marques donnait des opportunités aux consommateurs de bénéficier de produits de haute qualité.

Des produits de la compagnie automobile Toyota Vietnam. Danh Lam/VNA/CVN

C’est la qualité qui prime

Pour le Vietnam, il n’est plus question de savoir combien attirer d’investissement direct étranger, mais d’améliorer la qualité et le décaissement des capitaux tout en privilégiant les secteurs de son économie à développer en particulier.

Selon le vice-ministre du Plan et de l’Investissement, Nguyên Van Trung, le Vietnam sélectionne les investissements directs étrangers conformément à sa nouvelle phase de développement. Concrètement, il privilégie les projets respectueux de l’environnement, de hautes technologies, peu consommateurs d’énergie et de ressources naturelles. Le pays souhaite aussi attirer de gros projets capables subséquemment d’en susciter d’autres. Il veille en même temps à encourager les relations entre les sociétés étrangères et domestiques dans des secteurs et filières précis, ou encore des projets, au service de l’économie nationale.

«La priorité au flux de capitaux n’est plus d’actualité. Seront désormais privilégiés les projets des hautes technologies comme le raffinage et la pétrochimie. Les projets de ce type en entraînent en général une série d’autres, auxiliaires. C’est le cas de plusieurs grands projets réalisés actuellement avec le Japon et la République de Corée. Ce que nous devons faire, c’est mettre en place des zones d’industries secondaires pour ces entreprises auxiliaires», a précisé M. Trung.

L’année dernière, le Vietnam a attiré pour la première fois plus de 20 milliards de dollars d’IDE. Cette année, avec les améliorations en matière d’attraction de l’investissement, on espère que ces capitaux contribueront plus efficacement au développement économique du Vietnam. Les hautes technologies sont le secteur qui génère le plus d’investissement.

Lors des quatre premiers mois de cette année, le Vietnam a ainsi reçu plus de 4,85 milliards de dollars d’IDE, l’équivalent de 59,1% de celui reçu en variation annuelle. Le pays a délivré la licence d’investissement à 390 nouveaux projets cumulant plus de 3,22 milliards de dollars de capitaux (65,4% en glissement annuel), et 140 autres ont augmenté leur investissement initial à hauteur de 1,62 milliard de dollars (49,7%).

Selon le ministère du Plan et de l’Investissement, le décaissement de l’IDE est estimé à 4 milliards de dollars, soit une progression de 6,7% sur un an. La République de Corée est devenue le premier investisseur étranger au Vietnam avec 1,12 milliard de dollars, suivie par le Japon avec 531 millions, puis Singapour avec 479,18 millions. L’industrie manufacturière demeure le secteur à bénéficier le plus de ces capitaux avec près de 3,6 milliards pour 74,3% de l’IDE national, suivie par le secteur de l’immobilier avec 392,3 millions et 8,1%, et celui de la construction avec 237 millions et 4,9%.

Binh Duong, la province la plus attractive

Parmi les localités les plus attrayantes, la province de Binh Duong est en tête avec 792,89 millions de dollars, devant Hô Chi Minh-Ville avec 749,1 millions, Dông Nai avec 537,8 millions, Quang Ninh avec 354,8 millions, Tây Ninh avec 349,9 millions, et Hai Duong avec 312,9 millions.

Le Vietnam est toujours attractif aux yeux des investisseurs étrangers grâce à sa stabilité sociopolitique, à ses politiques d’incitation de l’IDE et à ses infrastructures qui n’ont cessé de se moderniser. En poursuivant dans cette voie, le Vietnam réussira sans conteste à améliorer la qualité et l’efficacité de ses IDE dans les années à venir.

Thuy Tiên/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.