03/07/2021 15:42
Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies (CSNU) s'est réuni le 2 juillet pour discuter de la situation en Éthiopie.
>>Le Vietnam appelle à lutter contre la faim en Éthiopie
>>Le Vietnam et l'Éthiopie renforcent leurs relations
>>Vietnam et Éthiopie promeuvent des relations pour la paix et la coopération

Des gens éthiopiens.
Photo : AFP/VNA/CVN

S'exprimant lors de la réunion, l'ambassadeur et chef de la mission permanente du Vietnam auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU), Dang Dinh Quy, s'est dit préoccupé par la situation du Tigré ces derniers temps, avec de nombreuses conséquences qui affectent grandement la vie quotidienne de millions de personnes et aussi la paix et la stabilité dans la région.

Il a condamné les attaques contre les civils, les infrastructures civiles essentielles, les agences et travailleurs humanitaires, et a appelé à l'arrêt immédiat de ces actions, dans le respect du droit international humanitaire ; à protéger les civils, les infrastructures essentielles et à ne pas entraver l'accès humanitaire. Les parties doivent vraiment promouvoir le dialogue, la réconciliation ; trouver une solution à long terme et satisfaisante ; passer avant tout les intérêts du peuple.

M. Quy s'est félicité de la récente déclaration de cessez-le-feu du gouvernement éthiopien et a exprimé son souhait que les parties parviennent à un accord de cessez-le-feu durable et global, appelant les parties concernées à profiter de cette occasion pour engager le dialogue, éviter de nouvelles effusions de sang, éviter les actes de justification qui peuvent aggraver les conflits et les différences.

Le représentant vietnamien a également déclaré que la situation du Tigré a eu certains impacts sur la région, les parties concernées devraient faire preuve de retenue et ne pas s'ingérer dans les affaires intérieures de l'Éthiopie. Il a appelé à ce que la question soit résolue par des moyens pacifiques.

L'ambassadeur a appelé la communauté internationale, y compris l'Union africaine, à continuer d'aider les parties à promouvoir le dialogue, à instaurer la confiance, à fournir une aide humanitaire et à aider l'Éthiopie à se reconstruire. Il a souligné que les activités des parties concernées et le soutien de la communauté internationale devaient être conformes au droit international et à la Charte de l’ONU, pour la paix, l'indépendance, la souveraineté, l'unité et l'intégrité territoriale de l’Éthiopie.

Lors de la réunion, les rapporteurs ont pris note de la déclaration du gouvernement éthiopien sur un cessez-le-feu à des fins humanitaires. Cependant, ils continuent d'exprimer leur préoccupation au sujet des récents actes de violence et des meurtres de civils et de travailleurs humanitaires. Les Secrétaires généraux adjoints de l’ONU ont exhorté la communauté internationale à poursuivre ses efforts pour promouvoir l'aide humanitaire et ont suggéré que le gouvernement éthiopien et les parties concernées œuvrent à la réalisation d'un cessez-le-feu global et durable.

Les pays membres du Conseil de sécurité se sont déclarés préoccupés par l'absence d'amélioration de la situation au Tigré, notamment au vu de la situation humanitaire désastreuse et des violences visant les civils, les travailleurs humanitaires et les infrastructures nécessaires.

Les commentaires ont demandé au gouvernement et aux parties prenantes de respecter le droit international humanitaire pour renforcer le soutien et faciliter les activités humanitaires en faveur des populations. Les pays africains au Conseil de sécurité ont souligné l'importance de respecter l'indépendance et la souveraineté de l'Éthiopie ainsi que le rôle des pays et des organisations de la région.

VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrirait ses portes aux touristes internationaux Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a proposé un programme pilote d’accueil des visiteurs internationaux munis de passeports vaccinaux à Phu Quôc, province méridionale de Kiên Giang à partir d’octobre prochain, ce pour une durée de six mois.