04/06/2019 13:14
Lundi 3 juin, Koro Bessho, ambassadeur, chef de la délégation japonaise aux Nations unies, a accordé une interview à l’Agence Vietnamienne d’Information à propos des expériences du Japon dans le règlement des défis pendant les années où la pays était membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, ainsi que les attentes du Japon et des pays asiatiques envers le Vietnam si ce dernier est élu lui aussi à ce poste.
>>Le Sénégal espère l'attention du Vietnam sur les problèmes liés à l'Afrique
>>Le Vietnam va "bien assumer ses responsabilités" au Conseil de sécurité

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc s'exprime lors d'une discussion à haut niveau de la 73e Assemblée générale de l'ONU, en 2018 à New York.
Photo: VNA/CVN

Le Japon a assumé le poste de membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies depuis 1958 à travers plusieurs mandats, le dernier achevé fin 2017. Jusqu'à présent, le Japon est le pays le plus élu à ce poste.

Selon le chef de la délégation japonaise à l'ONU, Koro Bessho, le défi d'un membre non permanent est différent à chaque mandat. Mais le Japon doit comprendre les problèmes qui se produisent sur le terrain à des moments différents. Un défi commun pour tous les mandats est de collaborer avec d’autres membres, permanents et non permanents, afin d’accomplir les tâches confiées.

Le Japon cherche a toujours à améliorer le monde de travail au Conseil de sécurité. Actuellement, ce dernier est confronté à de nombreux défis majeurs. L'un d'entre eux est que les pays membres permanents ont du mal à s'entendre sur de nombreuses questions. Koro Bessho a espéré que le Vietnam contribuerait au règlement des défis s'il est élu au Conseil de sécurité.

Interrogé sur la difficulté de répondre aux attentes selon lesquelles le membre non permanent du Conseil de sécurité est responsable de protéger les droits de tous les pays qui lui ont fait confiance par leur vote, Koro Bessho a déclaré qu'un pays peut être élu au Conseil de sécurité s’il y a au moins les deux tiers des voix des États membres de l'ONU.

Responsabilité très importante

Par conséquent, le membre non permanent doit être responsable envers les pays qui ont voté, mais aussi, envers la région où ce pays se situe. Par exemple, le Vietnam et le Japon appartiennent au groupe des pays d’Asie-Pacifique, c’est pourquoi ceux-ci devraient informer des questions auxquels le Conseil de sécurité doit faire face ou des questions discutées par le conseil, afin de mobiliser le soutien des pays. Selon Koro Bessho, il s’agit d’une responsabilité très importante que doit assumer le membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

Le chef de la délégation japonaise à l'ONU croit fermement que le Vietnam sera élu. Il a également affirmé que le Vietnam était un ami proche et très important pour le Japon et que les deux pays étaient également des partenaires stratégiques. Les deux parties veulent s'entraider et se soutenir, en particulier dans les affaires internationales.

À la fin de son mandat au Conseil de sécurité, le Japon espère que le Vietnam transmettrait les points de vue de la région asiatique au conseil. M. Bessho a déclaré que le Vietnam avait connu une histoire récente mouvementée et dense avec plusieurs guerre, la restauration de la paix et un développement économique spectaculaire. Ces expériences lui conféreront une position spéciale au Conseil de sécurité, et l'aideront à contribuer très efficacement à de nombreuses questions de celui-ci. 

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Ha Long, une ville sans tabac Il y a dix ans, Ha Long, la station balnéaire mondialement connue pour l’exceptionnelle beauté de sa baie, interdisait de fumer dans les sites touristiques, les plages et les hôtels locaux pour promouvoir un tourisme-santé.