17/11/2020 17:02
Lundi 16 novembre, le Conseil de sécurité des Nations unies a tenu une réunion en ligne pour discuter publiquement de la situation de la région du Sahel en Afrique et des activités de la Force conjointe du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) en matière de paix et de sécurité en Afrique ces derniers temps.
>>Le Vietnam soutient les efforts conjoints de l'ONU et de l'UA
>>Le SG de l'ONU salue des progrès dans la montée en puissance du G5 Sahel


La réunion virtuelle sur la situation de la région du Sahel orrganisée par le Conseil de sécurité des Nations unies, le 16 novembre.
Photo : VNA/CVN

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont partagé les évaluations des rapporteurs et ont mis l'accent sur une coordination croissante entre les forces pour lutter contre le terrorisme au Sahel. Les pays se sont déclarés préoccupés par la situation humanitaire et des droits de l'homme, l'insécurité alimentaire, le sans-abrisme, les fermetures d'écoles et la propagation du COVID-19. Les pays ont demandé aux parties prenantes de prendre des mesures pour protéger les civils, notamment les femmes et les enfants.

L'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission du Vietnam auprès de l'ONU, a partagé avec les pays sur les défis de sécurité, de développement et d’humanité dans la région du Sahel.

L'ambassadeur, au nom du Vietnam et de l’Indonésie, a exhorté toutes les parties à travailler ensemble, à s'unir contre le terrorisme tout en promouvant la paix, la stabilité et le développement. Il a également déclaré que les femmes et les jeunes devraient être au centre de tous les efforts pour soutenir la réforme sociale, lutter contre l'épidémie de COVID-19 et maintenir un soutien durable à la Force conjointe du G5 Sahel.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.