28/07/2018 11:01
Afin d’améliorer la mobilité urbaine et de réduire la pollution de l’air, ces huit dernières années, Hanoï et Hô Chi Minh-Ville ont lancé des projets de lignes ferroviaires urbaines. Mais, pour diverses raisons, les travaux ont pris du retard.
>>Faire du bus l’arme anti-bouchon
>>Hanoï cherche à rendre ses transports publics efficaces et durables

Mis en chantier en 2011, les travaux de la ligne ferroviaire aérienne Cat Linh - Hà Dông, à Hanoï, sont presque achevés.
Photo: Huy Hùng/VNA/CVN

Fléaux des temps modernes, les embouteillages menacent chaque jour un peu plus les usagers du réseau routier, en particulier dans les grandes métropoles. Ces citadins souhaitent voir les travaux de construction de lignes ferroviaires urbaines achevés dans les meilleurs délais.

Accélérer les travaux

Selon le chef adjoint du Comité de gestion des lignes ferroviaires urbaines (ministère des Transports et des Communications), Vu Hông Phuong, après avoir manqué à leurs promesses plusieurs fois, les investisseurs et adjudicataires sont déterminés à achever et mettre en service en décembre prochain la ligne ferroviaire urbaine Cat Linh - Hà Dông, à Hanoï.

Actuellement, 96% des travaux sont achevés. Le maître d’ouvrage est en train d’installer les systèmes d’ascenseurs, de contrôle des billets et de perfectionner les gares. Cette ligne ferroviaire de 14,5 km, avec 12 stations, reliera Cat Linh (arrondissement de Dông Da) à Yên Nghia (Hà Dông).

À l’ouest de Hanoï, la ligne Nhôn - gare principale constitue le projet de transport ferroviaire urbain le plus important de la capitale. Partant de Nhôn (arrondissement de Nam Tu Liêm), cette voie de 12,5 km aura pour terminus la gare de Hanoï.

Le premier tronçon sera aérien et reliera Nhôn à Cat Linh, en passant par Câu Diên, Mai Dich, Câu Giây, Kim Ma, Giang Van Minh (soit 8,5 km); et le second, souterrain, de Cat Linh à la gare de Hanoï.

Le chef du Comité de gestion des lignes ferroviaires urbaines deux dernières années, grâce à de gros efforts du maître d’ouvrage et des investisseurs, 41% des travaux ont pu être réalisés.

Les adjudicaires se concentrent sur la réquisition du foncier pour les quatre gares souterraines afin qu’elles puissent être achevées au troisième trimestre de cette année, et que l’ensemble du tronçon aérien le soit en 2020.

À Hô Chi Minh-Ville, la ligne ferroviaire urbaine N°1 reliant Bên Thành à Suôi Tiên, de 19,7 km, première des huit lignes de la ville approuvées par le Premier ministre, a été mise en chantier en août 2012. Jusqu’à maintenant, 52% des travaux sont terminés. Cette ligne permettra de transporter quotidiennement 186.000 passagers.
----- 96% -----
Après sept ans de déploiement,
96% des travaux de la ligne ferroviaire
aérienne Cat Linh - Hà Dông à Hanoï
sont achevés.
------------------------------------------

Ces trois projets ont été mis en chantier en 2011. Selon les maîtres d’œuvre, il s’agit de grands chantiers dotés de technologies complexes qui sont réalisés pour la première fois au Vietnam, c’est pourquoi les investisseurs, adjudicataires et conseillers rencontrent beaucoup de difficultés en raison du manque d’expérience. D’où les retards dans les travaux. La lenteur dans l’expropriation des terrains et le manque de fonds ont freiné également la bonne marche  des travaux.

Face au fléau des embouteillages et à la lenteur des travaux, les autorités de Hanoï et de Hô Chi Minh-Ville ont pris une série de mesures pour pousser les maîtres d’ouvrage à accélérer la marche afin de respecter les délais prévus.

Mobiliser toutes les ressources

Selon le plan d’aménagement global de Hanoï d’ici 2030 et vision 2050, la ville comptera neuf lignes ferroviaires urbaines d’une longueur totale de 410,8  km, dont 68,6 km sous-terraines. Le montant d’investissement devrait s’élever à 38,9 milliards de dollars.

Hô Chi Minh-Ville envisage aussi de construire huit lignes ferroviaires urbaines d’une longueur totale de 120 km et trois de tramways d’une longueur de 56 km, le tout pour un investissement total de 18 milliards de dollars. Les travaux seront divisés en tronçons, avec comme priorité ceux situés en intra-muros. 

Récemment, le Comité populaire de Hanoï a soumis au Premier ministre Nguyên Xuân Phuc son projet d’investissement dans trois chantiers de cette nature d’ici 2025. Il s’agit des lignes N°2 (Trân Hung Dao - Thuong Dinh), N°5 (Van Cao - Hoà Lac - Ba Vi) et N°3.2 (gare de Hanoï - Hoàng Mai). Budget prévisionnel: 125.614 milliards de dôngs (plus de 5,4 milliards de dollars). 

Selon les prévisions, avec le rythme actuel de développement des moyens de transport individuels, d’ici 2020, Hanoï et Hô Chi Minh-Ville seront engorgées par les embouteillages.

En 2025 et 2030, les routes intra-muros  seront surchargées (de 7,5 à 10,5 fois plus qu’actuellement). Pour cette raison, le développement du réseau de transport en commun s’avère impérieux. Si les lignes ferroviaires urbaines sont construites en association avec le réseau de bus, alors ces moyens de transport répondront à 50%-55% des besoins de déplacement des habitants. Par leur commodité et sécurité, ils attireront plus de passagers, ce qui limitera l’usage des motos et autos.   

Cependant, pour mener à bien ces projets, des fonds importants devront être débloqués et les efforts de tout le système politique seront nécessaires.

Huong Linh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Remise des prix du Concours "Jeunes Reporters Francophones - Vietnam 2018"

Rough Guides suggère des destinations à Hô Chi Minh-Ville Rough Guides, l'un des guides de voyage les plus réputés au monde, vient de partager des expériences passionnantes vécues à Hô Chi Minh-Ville.