gt;>gt;Une décharge transformée en jardin hi-tech >gt;>gt;Révision de la Stratégie nationale de gestion des déchets solide" />
05/06/2018 10:12
Les déchets sont considérés comme superflus et inutiles. Cependant, c’est sans compter leur potentiel "énergétique". En effet, si les déchets étaient traités de manière correcte et adéquate, le Vietnam aurait beaucoup à gagner en termes de réutilisation et de recyclage.

>>Une décharge transformée en jardin hi-tech
>>Révision de la Stratégie nationale de gestion des déchets solide
Au Vietnam, les potentiels du marché du traitement des déchets sont conséquents avec un volume quotidien de déchets ménagers s’élevant à 70.000 tonnes.
Photo : Thúy Hà/CVN

Le pays génère plus de 27,8 millions de tonnes de déchets par an. Avec une population grandissante de plus de 90 millions d’habitants, le volume de déchets du Vietnam augmente de près de 10% par an.

Rien qu’à Hanoï et Hô Chi Minh-Ville, plus de 16.000 tonnes sont rejetés chaque année. Environ 50% à 70% peuvent être recyclés en générant une nouvelle source d’énergie. Cependant, la réalité est toute autre car seuls 10% sont aujourd’hui réutilisés à cet effet.

Traitement des déchets, un grand défi à relever

La gestion des détritus continue d’être un défi majeur au Vietnam, dans les zones urbaines particulièrement. Le pays doit faire face à une myriade d’obstacles dont l’inefficacité de l’organisation de la collecte, le problème du transport et du traitement des déchets, le manque de sensibilisation de la communauté sur l’importance de cette gestion, ainsi que le manque de ressources financières. À cela s’ajoute un nombre insuffisant d’usines de hautes technologies de traitement des déchets, mettant ainsi en exergue l’évident retard du pays en la matière.

La plupart des déchets sont ainsi enfouis sous terre, brûlés manuellement ou transformés en engrais biologiques. Ces méthodes de traitement entraînent un gaspillage important de la terre mais également la pollution de l’eau, de l’air et de la terre et sont par conséquent foncièrement nuisibles en matière de santé publique.

D’après Pham Trong Thuc, chef du Département des énergies renouvelables et nouvelles (ministère de l’Industrie et du Commerce), 85% des déchets au Vietnam sont enterrés dans des sites d’enfouissement sans traitement, 80% de ceux-ci sont nocifs et polluent l’environnement.

La prise en charge des déchets est de plus en plus préoccupante notamment dans les agglomérations.
Photo : Thúy Hà/CVN

Application de nouvelles technologies

La prise en charge des déchets est de plus en plus préoccupante notamment dans les agglomérations. Le complexe de traitement des déchets de Nam Son, dans le district de Soc Son, en banlieue de Hanoï, est un des complexes possédant les meilleures technologies de traitement des ordures au Vietnam. En avril dernier, la 1re usine de transformation de déchets industriels en énergie (usine Nedo) a officiellement été inaugurée à cet endroit. 

Elle a été construite sur plus de 1,6 ha dans la commune de Nam Son, avec un investissement de plus de 645 milliards de dôngs, dont 472 milliards accordés par l’Organisation du développement des technologies industrielles et des nouvelles énergies du Japon, le reste venant de Hanoï. L’usine Nedo entre en service après 22 mois de construction. Dotée des technologies modernes du Japon, elle a une capacité installée journalière de 75 tonnes. Lors du premier jour d’opération le 16 mars 2017, l’usine a produit 1,93 MW d’électricité, dont 1,20 MW fournis au réseau national d’électricité.

Actuellement, nombreux sont les pays qui utilisent les détritus comme ressources pour produire de l’énergie. Dans les pays avoisinants comme la Thaïlande, le Myanmar, Singapour ou encore le Japon, l’incinération des déchets est devenu une industrie florissante, développée et rentable. Outre l’électricité, cette industrie permet également d’économiser les ressources naturelles en recyclant notamment le papier, les métaux et le plastique.

Le marché du recyclage est un marché très dynamique et le Vietnam possède un potentiel important en la matière. Le pays aurait tout à gagner à s’y mettre sérieusement afin d’économiser un grand volume de ressources énergétiques et de préserver son environnement.

La réduction, la réutilisation et le recyclage des déchets sont naturellement en ligne de mire et représentent une priorité dans la réduction de la quantité d’ordures et la préservation de l’environnement.
Photo : Thúy Hà/CVN

Minimiser le volume d’ordures enfouis

La Stratégie nationale de gestion intégrée des déchets prévoit que la technologie de traitement développée consistera à minimiser le volume de déchets enfouis dans les décharges et à augmenter le taux de déchets à recycler et réutiliser. Elle préconise d’utiliser la technologie qui convient le mieux à chaque localité, en conformité avec les conditions spécifiques de chacune d’elles.

Le gouvernement a également impulsé la politique d’exemption de taxe d’importation pour les équipements et les matières premières destinées à des installations de traitement des déchets ainsi que l’exonération ou la réduction de l’impôt sur le revenu des entreprises concernées.

La Stratégie nationale sur la protection de l’environnement à l’horizon 2030 contient les objectifs, les contenus et les solutions à venir. La réduction des déchets, la réutilisation et le recyclage sont naturellement en ligne de mire et représentent une priorité dans la réduction de la quantité d’ordures, la préservation de l’environnement ainsi que la réduction du fardeau financier et environnemental de leur gestion.

Thúy Hà/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Quang Ninh accueille 10 millions de touristes de janvier à septembre Selon le Service provincial du tourisme, au cours des neuf premiers mois de l’année, le nombre de touristes ayant visité Quang Ninh est estimé à plus de 10 millions, dont 3,6 millions de visiteurs étrangers, soit une hausse respective de 25% et de 19% en glissement annuel.