16/09/2012 15:05
Le théâtre classique (tuông ou hat bôi), patrimoine immatériel de la nation, est en proie à une triste réalité : le public tourne le dos à cet art séculaire et des comédiens abandonnent leur carrière...

Le tuông ou hat bôi, remonte au XIIe siècle. Mais c’est seulement au XVIIe siècle qu’il se développe et acquiert ses lettres de noblesse. Cet art inclut danse, chant, récit et musique. Au XIXe siècle, sous la dynastie Nguyên, il occupe une place importante dans la vie culturelle de la royauté.

Une représentation de tuông Dào Tân au Festival national de tuông, en 2011 dans la province de Binh Dinh (Centre). Photo : Viêt Y/VNA/CVN


Aujourd’hui, hélas, le théâtre classique n’a plus les faveurs du public. Les troupes de tuông ne se comptent plus que sur les doigts de la main, avec en tout et pour tout le Théâtre national de tuông, le Théâtre de tuông Nguyên Hiên Dinh (Dà Nang, Centre), celui de Dào Tân (Binh Dinh, Centre), le Théâtre d’arts traditionnels de la cour de Huê (Thua Thiên-Huê) et le Théâtre d’art de hat bôi de Hô Chi Minh-Ville. Ces troupes souffrent de la désaffection du public qui trouve ce style trop conventionnel et éloigné de la vie actuelle. D’autre part, les théâtres éprouvent toutes les peines du monde à recruter comme à former les jeunes metteurs en scène et comédiens, plus enclins à se tourner vers d’autres horizons. De plus, les défections sont légion chez les artistes chevronnés qui, faute de revenus suffisants, abandonnent tout simplement leur carrière.

L’état de délabrement avancé du théâtre classique a fait l’objet d’une conférence, intitulée «Le tuông dans la vie actuelle», organisée fin juillet à Huê (Centre). La problématique, somme toute logique, était la suivante : comment sauvegarder ce patrimoine national ?

Mesures de sauvegarde du théâtre classique

L’État doit adopter une politique et un train de mesures qui va avec afin de préserver le tuông, ont affirmé les conférenciers. Il faut modifier le régime salarial des comédiens, metteurs en scène, scénaristes... Il est nécessaire également d’établir une chaîne télévisée propre aux arts traditionnels, d’organiser - et ce tous les deux ans - un festival national de tuông. Sans omettre la formation de scénaristes, metteurs en scène, comédiens et encourager la création de clubs d’amateurs...

Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme déploie depuis quelques années le projet «Théâtre dans les écoles», lequel permet à de nombreuses troupes d’effectuer des tournées dans différents collèges. «L’important, c’est que les élèves comprennent le tuông et les valeurs qu’il véhicule», précise le directeur du Théâtre de tuông Nguyên Hiên Dinh, Trân Ngoc Tuân. Le projet vise à la fois à susciter l’intérêt du jeune public pour cet art séculaire et à découvrir de jeunes talents à même de perpétuer ce bien bel héritage légué par nos ancêtres.

Hoàng Hoa/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

L’IFC soutient le développement durable du tourisme au Vietnam et au Laos La société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, va accorder un prêt de 87,5 millions de dollars à la compagnie immobilière BIM Land pour développer un projet d’infrastructures au service du tourisme au Vietnam et au Laos.