20/08/2019 19:45
Grâce au réseau Internet et aux avancées technologiques, travailler à distance n’a jamais été aussi simple. Décryptage.
>>Le télétravail, un bienfait pour beaucoup
>>Le télétravail séduirait 65% des Français travaillant dans un bureau

Beaucoup de jeunes préfèrent travailler à distance, un système plus souple sur les horaires et le lieu de travail. Photo: Kim Loan/CVN

Actuellement, de nombreux jeunes vietnamiens ont fait le choix de travailler à distance afin de pouvoir être plus autonome sur les horaires et l'espace de travail. Un nouveau mode de vie qui ne les empêche pas de s’assurer un bon salaire.

Une nouvelle tendance dans le monde du travail

Le télétravail ou le travail à distance n'est pas étranger aux vietnamiens et surtout aux jeunes générations. Au cours de ces dernières années, beaucoup de jeunes actifs ont choisi de devenir travailleur indépendant (freelancer en anglais) ou de travailler à distance pour différentes structures nationales et internationales.

"Je travaille pour une entreprise depuis presque deux ans, mais je suis rarement au bureau", a déclaré Nguyên Thiên Toàn, 23 ans, informaticien à Hô-Chi Minh-Ville.

Technicien des systèmes d’information, son métier lui permet de travailler à distance où bon lui semble, tant qu’il dispose d’une bonne connexion internet. "En fait, je suis au bureau seulement pour assister aux conférences et déposer mes rapports périodiques. Même si je fais du télétravail, mon activité est surveillée via un logiciel", souligne Nguyên Thiên Toàn.

Par ailleurs, Pham Thanh Tùng 26 ans, assistant marketing dans le district de Tân Binh, travaille à distance pour deux ou trois entreprises simultanément. Selon lui, le télétravail peut se faire à domicile avec un temps de travail flexible. On doit seulement respecter les délais des contrats et ses engagements envers les employeurs. "Le temps de travail dépend entièrement de sa propre organisation. C’est pourquoi beaucoup de jeunes apprécient ce mode de travail" explique-t-il. 

Kha Han, 25 ans, travaillait auparavant pour une entreprise de médias avec un revenu stable. Lorsqu’elle sait décider à chercher un nouvel emploi, elle souhaitait être libre du lieu de travail et des horaires. 

"Je n'aime pas travailler 8 heures par jour au bureau, avec beaucoup de règles administratives. Je veux travailler librement. Actuellement, lorsque je reçois un contrat de promotion pour un événement, je peux rester chez moi pour travailler. Ça me permet également de voyager" affirme-t-elle.

Un éventail d’offres à l’international

Dans des grandes villes au Vietnam comme Hô Chi Minh-Ville, Hanoï et Dà Nang, les entreprises internationales offrent des postes à distance pour attirer de jeunes talents vietnamiens notamment dans le secteur de l’informatique.

Le programmeur de 28 ans, Lê Kiên Truc a également reçu pléthore de propositions provenant d’entreprises vietnamiennes, mais aussi européennes et américaines.

Premièrement, Lê Kiên Truc choisit un contrat d’une durée d’au moins 6 mois. Ensuite, il signe des contrats à court terme. À la fin de son contrat à long terme, il part voyager pour recharger ses batteries.

"À l'heure actuelle, j’ai un contrat à long terme avec un partenaire situé aux États-Unis. Cependant, à cause du décalage horaire de 11 heures en été et de 12 heures en hiver, je dois travailler toute la nuit au Vietnam" déclare-t-il. Son revenu mensuel varie de 4.000 à 5.000 d’USD. Néanmoins, pour obtenir ce salaire, la concurrence est rude.

Actuellement, de nombreux postes en télétravail sont disponibles dans les domaines tels que la rédaction de contenu, le marketing digitale, la comptabilité... Les startups et les petites entreprises n’hésitent pas à recruter leur personnel pour travailler à distance sur des postes de traducteur, d’enseignants, de programmateur. etc.  

Nguyên Tùng/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.