05/11/2020 17:39
Des responsables palestiniens ont déclaré mercredi 4 novembre que la propagation du COVID-19 constitue une menace majeure pour la bande de Gaza assiégée, qui souffre d'un système de santé faible.
>>Des militants de Gaza tirent deux roquettes vers le sud d'Israël (armée israélienne)
>>Accord Israël/Hamas pour mettre fin à un mois d'échanges de tirs à Gaza

Des restes d'un immeuble touché par un raid aérien israélien à Gaza.
Photo: AFP/VNA/CVN

Depuis mars, l'enclave côtière densément peuplée et appauvrie, dirigée par le mouvement islamique Hamas, a enregistré 7.231 cas de COVID-19.

Ashraf al-Qedra, porte-parole du ministère de la Santé dirigé par le Hamas, a déclaré à Xinhua que l'augmentation des infections par le coronavirus fait peser une pression énorme sur le système de santé et sur la capacité clinique des hôpitaux publics.

Yousef al-Aqqad, directeur de l'hôpital européen de Gaza pour le traitement des patients atteints de coronavirus, a déclaré à des journalistes gazaouïs que l'hôpital accueille presque exclusivement des patients atteints du COVID-19 et que leur nombre augmente chaque jour.

"La capacité maximale de l'hôpital est de 500 patients, et nous n'avons que 100 lits réservés aux cas critiques", a déclaré M. al-Aqqad.

Il a ajouté qu'en raison de la capacité limitée de l'hôpital, les autorités ont dû transférer les patients asymptomatiques vers des écoles et d'autres centres de quarantaine pour faire de la place aux patients qui présentent des symptômes.

Le 24 août, le Hamas a imposé des mesures sévères dans la bande de Gaza suite à une recrudescence de la propagation de la maladie. Il a ensuite assoupli ces mesures mais a maintenu le confinement nocturne. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Bac Son, la vallée des contemplations À plus de 160 km de Hanoï, Bac Son est une vallée paisible aux paysages magnifiques. Éloignés du tohu-bohu citadin, les visiteurs pourront s’immerger dans la vie quotidienne locale et se recueillir auprès des Tày et Nùng très hospitaliers.