08/12/2019 13:21
Tous les 15 jours, Rui Junior, 25 ans, 160 kg, fait huit heures de route depuis Londrina, sa ville natale, jusqu’à Sao Paulo pour s’entraîner au sumo, un sport qui tente de trouver sa place.
>>Baseball et karaté nominés pour être au programme des JO
>>JO : Airbnb parmi les principaux sponsors du CIO jusqu'en 2028

Le sumo brésilien Rui Junior (de face) lutte avec un élève lors d’un entraînement, à Sao Paulo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Malgré la présence de la plus importante communauté japonaise hors du Japon, la pratique de cette forme de lutte millénaire reste totalement au niveau amateur au Brésil et s’entraîner n’est pas toujours facile pour les athlètes.

"Cela fait des années que je dois me rendre à Sao Paulo pour m’entraîner. Cela représente huit heures (de route) aller et huit heures retour. Cela me coûte pas mal d’argent, mais cela en vaut la peine, cela me plaît beaucoup", explique le jeune sportif.

Rui Junior a été dix fois champion du Brésil et trois fois champion d’Amérique du Sud. Il est la grande attraction des entraînements qui ont lieu chaque fin de semaine dans le pavillon Mie Nishi de Sao Paulo, l’unique terrain public de sumo hors du Japon.

À l’intérieur, une dizaine d’hommes et de femmes, dont aucun n’est d’origine asiatique, s’entraînent ensemble quelle que soit leur catégorie. Avec leurs "mawachis", ces ceintures caractéristiques qu’utilisent les lutteurs, ils s’échauffent en cercle autour du "dohyo", l’arène où s’affrontent les sportifs.

Mais ces lutteurs amateurs sont loin d’avoir le gabarit de ceux qui combattent professionnellement au Japon. Avec sa barbe épaisse et son ventre rond, Rui Junior se distingue de ses camarades, en majorité plutôt minces.

Faute de compétiteur avec qui s’entraîner à Londrina (État de Parana, Sud), Rui Junio s’est mis à jouer au football américain pour garder la forme. "Je dois m’entraîner physiquement seul, parce que techniquement c’est difficile. Même si j’ai déjà de la technique, j’ai besoin que quelqu’un m’entraîne, me montre où je me trompe", dit-il.

Préjugés

Lors d’un entraînement à Sao Paulo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Plusieurs des lutteurs et lutteuses qui s’exercent à Sao Paulo, dont Rui Junior. Chez les femmes, la plus connue est Fernando Rojas, 40 ans, qui représente le Brésil pour la sixième ou septième fois au Mondial amateur de sumo qui a eu lieu en octobre à Osaka, au Japon. Selon elle, la pratique féminine a gagné en popularité au Brésil "lorsque le sumo a bataillé pour être reconnu comme sport olympique".

"Aujourd’hui, il y a pas mal de pratiquantes dans le pays, des lutteuses, et cela augmente chaque jour, car il y a des programmes dans les écoles", souligne-t-elle, se félicitant que les entraînements mixtes permettent d’élever le niveau de chacun. "Le sumo n’est pas qu’une question de force, mais aussi d’agilité", confie-t-elle.

Pour aider à la diffusion du sumo au Brésil, un entraîneur japonais a été envoyé par le gouvernement de Tokyo, à travers l’Agence de coopération japonaise (JICA).

Guilherme Vaz, 17 ans, qui participe au Mondial pour la première fois, dans la catégorie poids moyen, est particulièrement prometteur. Lui aussi doit se déplacer jusqu’à Sao Paulo pour s’entraîner avec d’autres athlètes, faute de compétiteur dans sa ville, située dans les environs de la mégalopole brésilienne.
Le jeune étudiant explique qu’il a tenté de convaincre ses amis de pratiquer le sumo, "mais c’est un sport victime de nombreux préjugés". "Certains trouvent que c’est bizarre de lutter torse nu, d’attraper un autre homme... Je tente de leur dire que ce n’est pas comme ça pour changer leur regard, mais c’est compliqué", reconnaît-il.                

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines

Le Musée de la campagne, un voyage dans le temps Les pergolas à fleurs jaunes, les maisons couvertes de chaume, les outils agricoles rudimentaires… Autant d’images typiques des villages d’antan du Nord du Vietnam mises en vedette au Musée de la campagne à Nam Dinh.