04/02/2020 17:04
Le premier constructeur automobile sud-coréen a interrompu mardi 4 février la production sur une de ses chaînes de montage en raison d'un manque de pièces lié au nouveau coronavirus en Chine et envisage des mesures plus larges, a annoncé mardi 4 février la société.
>>Coronavirus : le Premier ministre japonais promet des mesures avant les JO
>>La Chine admet des "insuffisances", le bilan monte à 425 morts
>>L'Indonésie suspend temporairement l'importation de produits alimentaires en provenance de Chine

L'apparition de la pneumonie virale en Chine a perturbé l'approvisionnement en composants de câblage. Photo : AFP/VNA/CVN

Les chaînes d'approvisionnement fonctionnent à flux tendu dans l'industrie automobile. En 2011, le tremblement de terre et le tsunami de Fukushima au Japon avait détruit une usine de Renesas Electronics, le spécialiste japonais des puces diverses pour automobiles et appareils électroniques.

L'apparition de la pneumonie virale en Chine a perturbé l'approvisionnement en composants de câblage, a déclaré une porte-parole de Hyundai. "Pour l'instant, la chaîne de production des berlines Genesis à l'usine numéro 5 d'Ulsan a été temporairement suspendue", a-t-elle déclaré.

Elle n'a pas été en mesure de dire quand la production pourrait reprendre et a indiqué que le constructeur automobile discute avec son syndicat de la possibilité que de nouvelles usines soient contraintes de suspendre leur production. "La situation ne semble pas bonne", a-t-elle déclaré.

L'épidémie est apparue dans une ville du centre de la Chine, Wuhan, est un centre majeur de l'industrie automobile chinoise où les français PSA et Renault ont implanté l'essentiel de leurs usines dans le pays. Hyundai possède des usines en Corée du Sud mais également à l'étranger, notamment en Chine.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Visite culturelle pour les diplomates à Hanoï

Le Vietnam compte faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030 Le Vietnam se fixe pour objectif de faire du tourisme le fer de lance de son économie d’ici 2030, pour un développement durable, aidant le pays à figurer parmi les 30 premiers du monde en termes de compétitivité touristique, selon une stratégie de développement touristique d'ici 2030 récemment approuvée par le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc.