16/06/2014 11:19
Le Sommet du G77 + Chine a appelé le 15 juin la communauté internationale à éradiquer la pauvreté dans le monde d'ici 2030, dans une déclaration finale à l'issue de deux jours de débats à Santa Cruz (Bolivie).

>>Le Sommet G77 + Chine à Santa Cruz
>>L'ONU appelle le Groupe des 77 à lutter collectivement contre la pauvreté

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, prend la parole lors du Sommet du G77, le 14 juin à Santa Cruz (Bolivie). Photo : AFP/VNA/CVN


"L'éradication de la pauvreté est le plus grand défi qu'affronte le monde et la condition indispensable pour le développement durable",
relève la déclaration, dont un résumé a été lu lors de la session plénière du G77 par l'ambassadeur bolivien à l'ONU, Sacha Llorenty.

La déclaration fait également référence à de nouveaux engagements contre l'inégalité, la protection de l'environnement et la souveraineté des pays sur leurs ressources naturelles, et évoque aussi l'élargissement du Conseil de Sécurité, dont le président bolivien Evo Morales, hôte de la rencontre, a recommandé "la disparition".

Ces thèmes ont été auparavant discutés à New York pendant "plus de 90 heures de négociations durant 30 séances de travail, et exprime la volonté des 133 membres du groupe et de la Chine", a ajouté le diplomate bolivien.

"En tant que groupe le plus vaste de pays des Nations unies, le G77 joue un rôle fondamental"
pour atteindre les objectifs du Millénaire à l'horizon 2015, avait affirmé auparavant le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui a présidé les travaux de ce sommet. "Le destin de milliers de pauvres et l'état de la planète dépendent du succès de notre travail", a-t-il dit.

Rappelant que l'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine, qui composent le G77, "représentent 77% de la population mondiale, mais aussi 43% de l'économie mondiale", Evo Morales a insisté pour sa part sur la nécessité de "prendre des mesures immédiates".

Un autre monde est possible

Le président uruguayen José Mujica a estimé pour sa part qu'il n'était "plus possible de cautionner cette civilisation du gaspillage, qui affecte la vie même de la planète". "Un autre monde est possible", s'est exclamé M. Mujica.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (gauche), et le président bolivien Evo Morales. Photo : AFP/VNA/CVN


Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a quant à lui demandé au G77 d'"incorporer plus de pays dans les projets visant à la libération de la communication et des médias". Il a à cet égard annoncé que la Vénézuélienne Telesur allait lancer une chaîne de télévision en anglais, tandis qu'Evo Morales a réclamé des chaînes en quecha et en aymara pour les pays andins.

"Un nouvel ordre mondial pour vivre mieux doit considérer un nouveau système pour tous les pays",
a déclaré pour sa part la présidente argentine Cristina Kirchner.

Un des rares chefs d'État africains présents à Santa Cruz, le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, 90 ans, a demandé dans un bref discours que soient "levées les sanctions contre le Zimbabwe".

AFP/VNA/CVN



Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.