12/01/2019 15:45
Cet arrêt partiel du fonctionnement des autorités fédérales, depuis le 22 décembre, dépasse le précédent record de 21 jours atteint en 1996 sous la présidence Clinton.

>>Trump à la frontière avec le Mexique: "Rien de tel qu'un mur"
>>"J'ai dit bye-bye": Trump claque la porte des négociations budgétaires
>>Trump défend le mur sur un ton solennel mais reste inflexible
>>"Shutdown", mur, immigration: Trump face à l'Amérique
 

Le président Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche sur la sécurité aux frontières, le 11 janvier 2019 à Washington.
Photo: AFP/VNA/CVN


Le "shutdown", qui paralyse une partie des administrations fédérales du gouvernement américain, est devenu le plus long dans l’histoire des États-Unis dans la nuit du 11 au 12 janvier, en entrant dans son 22e jour.


Le record a été battu vendredi soir 11 janvier à minuit, dépassant ainsi les 21 jours de "shutdown" pendant l’ère Clinton en 1995-1996.


Aucun compromis n’a pu être trouvé entre le président républicain, qui réclame 5,7 milliards de dollars pour construire son mur anti-migrants à la frontière avec le Mexique, et les démocrates, farouchement opposés au projet jugé "immoral", coûteux et inefficace pour lutter contre l’immigration clandestine.


Quelque 800.000 fonctionnaires fédéraux sans salaire
 
Le président Trump lors d'une réunion à la Maison Blanche, le 11 janvier 2019.
Photo: AFP/VNA/CVN

 

"La solution de facilité pour moi est de déclarer une urgence nationale", mais "je ne vais pas le faire si vite parce que c’est au Congrès de le faire", a déclaré vendredi 11 janiver le locataire de la Maison Blanche lors d’une table ronde sur la sécurité aux frontières. "Ce que nous ne cherchons pas à faire pour l’instant est l’urgence nationale", a-t-il aussi affirmé après des jours de spéculation sur le recours à une telle procédure, conférant des pouvoirs exceptionnels au président. Utiliser une telle prérogative aurait, à coup sûr, plongé le pays dans une tempête politico-judiciaire.
 

Au Congrès, aucun compromis à l’horizon et le Sénat a suspendu sa séance vendredi en début d’après-midi. Il ne se réunira pas de nouveau avant lundi 14 janvier.


Les conséquences sont, elles, bien réelles. Pour la première fois vendredi, les 800.000 fonctionnaires fédéraux affectés par le "shutdown" n’ont pas touché leur salaire. Depuis le 22 décembre, la moitié d’entre eux, jugés "non essentiels", ont été placés en congé sans solde, tandis que l’autre moitié a été réquisitionnée. Si la plupart, payés à la quinzaine, avaient reçu leur chèque fin décembre, ils ne toucheront pas leur paie vendredi 11 janvier.


La Chambre des représentants a toutefois approuvé à une écrasante majorité vendredi une loi, déjà votée par le Sénat, garantissant aux employés fédéraux qu’ils soient payés rétroactivement une fois le "shutdown" terminé. Il revient désormais au président de la promulguer. Ce type de mesure est courant aux Etats-Unis lorsque le pays traverse de telles impasses budgétaires. Mais elle ne concerne pas les millions de contractuels également affectés.


Plusieurs ministères essentiels, comme ceux de la Sécurité intérieure (Department of Homeland Security, DHS), de la Justice ou des Transports, sont touchés par le "shutdown". "Plus de 200.000 employés du DHS - chargés de protéger notre espace aérien, nos cours d’eau et nos frontières - ne seront pas payés (dans l’immédiat) alors qu’ils travaillent", a dénoncé Bennie Thompson, président démocrate de la commission pour la sécurité intérieure à la Chambre des représentants.
 

"Urgence nationale"
 

Manifestation devant la Maison Blanche, le 10 janvier 2019 à Washington.
Photo: AFP/VNA/CVN


Jeudi 10 janvier, les principaux syndicats du transport aérien - pilotes de ligne, personnel naviguant, contrôleurs aériens - ont dénoncé une situation qui se détériore, évoquant des risques accrus pour la sécurité du pays. Un terminal de l’aéroport international de Miami sera fermé par intermittence, de samedi 12 à lundi 14 janvier, à cause du manque de personnel.
 

Une manifestation à Washington a par ailleurs rassemblé selon les syndicats plus de 2.000 employés du gouvernement, qui ont exprimé leur inquiétude sur la dégradation de leurs conditions de vie. De nombreuses initiatives privées ou publiques, comme des repas gratuits ou des foires à l’emploi pour les fonctionnaires au chômage technique, sont organisées dans tout le pays.
 

Pour sortir de l’impasse au Congrès, Donald Trump agitait depuis quelques jours la menace d’une procédure d’"urgence nationale" avant, vendredi 11 janvier, de sembler faire marche arrière. Selon plusieurs médias américains, la Maison Blanche envisagerait de rediriger des fonds d’aide d’urgence pour différents territoires ravagés par des catastrophes naturelles, comme Porto Rico, pour financer la construction d’une barrière à la frontière.
 

Une paralysie prolongée du gouvernement fédéral aurait "un effet notable" sur la première économie du monde, a par ailleurs mis en garde le patron de la Banque centrale américaine, Jerome Powell.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.